La compagnie Louisiana Pacific

Pas de plan pour Chambord

La compagnie Louisiana Pacific n'a aucun plan de... ((Photo Gimmy Desbiens))

Agrandir

La compagnie Louisiana Pacific n'a aucun plan de relance pour la production de panneaux lamellés orientés à son usine de Chambord en 2015, si ce n'est d'attendre une augmentation du nombre de mises en chantier aux États-Unis.

(Photo Gimmy Desbiens)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

La compagnie Louisiana Pacific n'a aucun plan de relance pour la production de panneaux lamellés orientés à son usine de Chambord en 2015, si ce n'est d'attendre une augmentation du nombre de mises en chantier aux États-Unis.

Les éléments d'information sont contenus dans le document Louisiana-Pacific Corporation, Investor Presentation, Winter 2014 publié sur Internet le 12 février 2015, dans la section réservée aux investisseurs. Les projections et analyses sont basées sur les évaluations des grands regroupements de constructeurs d'habitations du côté américain puisque la demande interne canadienne est marginale dans ce secteur et ne peut justifier à elle seule l'ajout d'un volume important de panneaux sur le marché.

Dans cette publication, l'entreprise fait des projections sur les actions qu'elle entend prendre pendant l'année 2015 pour maximiser les opérations de ses usines dédiées à la fabrication de panneaux-particules en tenant compte de la fluctuation des mises en chantier sur le sol américain. Cette présentation confirme que Louisiana Pacific a pris des décisions dans un passé récent confirmant que l'usine de Chambord servira uniquement dans un contexte de surchauffe de l'économie américaine avec un niveau de mises en chantier dépassant le 1,5 million d'unités par année.

Pour faire face à une croissance de la demande pendant les prochains mois, Louisiana Pacific entend ajouter des quarts de travail dans ses usines en ce moment en production au Canada. Ces mesures permettraient de grignoter la croissance du marché sans pour autant déverser sur le marché une trop grande quantité de panneaux, ce qui aurait un impact immédiat sur la réduction des prix. Les solutions annoncées visent à récupérer chaque portion additionnelle de 500 millions de pieds carrés d'augmentation de la demande de panneaux.

En 2013, alors que les prix et la demande ont fluctué, Louisiana Pacific a choisi de mettre en opération l'usine de Aquare Lake dans l'Ouest canadien. Il s'agit d'une usine dont la capacité de production est de 380 millions de pieds carrés, soit 100 millions de moins que Chambord. L'usine ne fonctionne pas à plein rendement en ce moment.

Le croisement des données entre la présentation faite aux investisseurs par Louisiana Pacific et la Dynamique des produits forestiers, document produit par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, confirme la précarité du marché du panneau. Malgré l'augmentation lente, mais soutenue des mises en chantier aux États-Unis, le prix du panneau, à l'exception de certaines pointes, peine à défoncer le cap des 250 $ et se situe à plus ou moins 220 $.

Lors de la fermeture en 2008, Louisiana Pacific justifiait sa décision par les pertes accumulées depuis 2006 à Chambord alors que le prix du panneau, si l'on tient compte de l'inflation, se situait sensiblement au même niveau. Dès que les augmentations de la demande se font sentir, les entreprises augmentent la production dans les usines et éliminent donc tout effet sur une augmentation du prix de vente du panneau.

Louisiana Pacific a déposé au gouvernement du Québec un plan de relance de son usine de Chambord dans l'espoir de conserver ses garanties d'approvisionnement. Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard, a déclaré cette semaine sur les ondes de Planète Roberval qu'il allait rendre sa décision d'ici peu dans ce dossier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer