Réforme du réseau de la santé

Seule certitude: il y aura des coupes

Le directeur général de l'hôpital Gilles Gagnon et... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Le directeur général de l'hôpital Gilles Gagnon et Joan Simard, présidente du conseil d'administration.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La seule information confirmée par le gouvernement du Québec dans la réforme du réseau de la santé est qu'il y aura des coupes additionnelles pendant l'année financière 2015-2016, qui seront du même niveau que celles imposées aux établissements en 2014-2015.

Dans le cas de l'hôpital de Chicoutimi, il s'agit de coupes totalisant 3,8 M$. Ce qui signifie plus ou moins 10 M$ pour l'ensemble du réseau dans la région. Le directeur général de l'hôpital Gilles Gagnon a indiqué aux administrateurs que le message transmis aux établissements au sein du réseau était de préparer des budgets en identifiant des compressions budgétaires à la hauteur de la dernière année.

Selon le directeur général, l'hôpital a déjà identifié des compressions budgétaires. Les gestionnaires qui prendront la relève dans le nouveau Centre intégré universitaire régional (CIUSSS) auront déjà une bonne idée des compressions à réaliser pour respecter la commande additionnelle du ministère pour la prochaine année.

Cette commande ne signifie pas que les compressions ne seront pas plus importantes. Les établissements sont en attente de directives additionnelles que le ministère devait leur remettre le 1er février. Les directions n'ont toujours pas obtenu ces directives et ne peuvent donc mesurer l'ampleur des coupes additionnelles.

l'inconnue: la loi 20

Selon le directeur général, les inconnues concernent les économies annoncées par le ministre de la Santé avec l'application du projet de loi 20 au montant global de 220 M$. Il y a aussi des factures à prévoir pour les indemnités que les établissements verseront aux cadres qui décident de quitter selon les dates exigées par le ministère. Ce sont des sommes qui ne sont toujours pas connues.

L'année financière de l'hôpital de Chicoutimi prendra fin le 31 mars. Selon les données présentées hier soir par la directrice des finances Micheline Riverin, l'établissement finira l'année avec un déficit de 1,8 M$ sur un budget global de 215 M$. L'hôpital sera en mesure d'absorber ce déficit en utilisant les revenus provenant des stationnements, une pratique qui est autorisée par le ministère.

Le déficit annoncé a été causé par des dépassements budgétaires au chapitre de l'assurance maladie, en réadaptation physique, une baisse des revenus des résidents externes, la vaccination contre le méningocoque et les revenus de chambres.

Le plus important poste déficitaire est celui de l'assurance maladie avec un manque à gagner de 707 000$ provoqué par un taux d'absentéisme de 7,5%.

La période d'influenza a été particulièrement difficile pour tous les établissements de santé de la région. À Chicoutimi, cette période a provoqué des dépenses additionnelles de 470 000$. D'autre part, la direction des ressources financières a énuméré un certain nombre de projets dont les résultats devraient se solder par des économies importantes à court et moyen terme.

Le conseil d'administration de l'hôpital de Chicoutimi doit se réunir à deux autres reprises avant l'entrée en vigueur de la nouvelle structure régionale. La période des candidatures aux postes de direction générale et direction générale adjointe est terminée. Le ministre doit procéder au choix des personnes qui assumeront la direction du nouveau centre. Les cadres supérieurs ont jusqu'à demain pour faire parvenir au ministère leur candidature pour quatre directions (ressources humaines, finances, etc.).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer