Problème de l'enclavement

Les opérations à Grande-Anse sont plus complexes

Le problème de l'enclavement de la desserte ferroviaire... (Photo d'archives)

Agrandir

Le problème de l'enclavement de la desserte ferroviaire permettant de transporter par le rail du minerai ou des marchandises vers les installations portuaires de Grande-Anse, constitue l'une des principales conclusions de l'étude menée part le Groupe IBI-Daniel Arbour et Associés.

Photo d'archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le problème de l'enclavement de la desserte ferroviaire permettant de transporter par le rail du minerai ou des marchandises vers les installations portuaires de Grande-Anse, constitue l'une des principales conclusions de l'étude menée part le Groupe IBI-Daniel Arbour et Associés sur le portrait du réseau de chemin de fer régional pour le compte de la Conférence régionale des élus (CRÉ).

Le rapport a été remis à la CRÉ et il ne sera pas rendu public selon l'échéancier prévu. Le président de la CRÉ et préfet de la MRC Lac-Saint-Jean Est, André Paradis, a indiqué au Quotidien que des questions additionnelles avaient été soulevées. Les responsables de l'étude doivent donc fournir à la CRÉ des informations additionnelles sur le contenu du document pouvant soulever une certaine controverse.

Malgré cette demande de la direction de la CRÉ, certains éléments des conclusions de l'étude ont circulé, au cours des derniers jours, dont le problème d'enclavement de Grande-Anse. Le problème en question n'est pas insurmontable, mais rend les opérations d'expédition de marchandise plus lourdes et complexes.

Il y a eu, selon l'étude, une problématique de tarification. Les marchandises ou le minerai sont transportés sur des réseaux qui appartiennent à deux exploitants que sont le Canandien national et les Chemins de fer Roberval-Saguenay de la société Rio Tinto Alcan (RTA). L'un tombe sous la juridiction de Transport Canada alors que celui de RTA est de juridiction provinciale.

Les prix n'ont pas été confirmés, mais il est assuré que RTA appliquera une tarification pour les convois qui emprunteront son réseau entre Jonquière et le branchement pour le terminal maritime de Grande-Anse. À titre d'exemple, une mine qui opère dans le secteur Chibougamau et qui souhaite expédier du minerai par Grande-Anse utilisera un premier tronçon de chemin de fer appartenant au Canadien National, empruntera les rails du Roberval-Saguenay à partir de Jonquière avant de rouler sur la desserte appartenant à l'Administration portuaire du Saguenay.

L'étude a été justifiée par la décision du gouvernement du Québec de relancer le Plan nord. La CRÉ voulait connaître les capacités de la région en matière de transport ferroviaire pour les besoins d'exportation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer