Luc Boivin, au sujet de la sortie de François Tremblay

«Son rôle de président va être remis en question»

Le conseiller Luc Boivin dit qu'il a «... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Le conseiller Luc Boivin dit qu'il a « peut-être fait une erreur » en votant pour François Tremblay comme président d'arrondissement de La Baie, au détriment de Martine Gauthier.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le conseiller municipal Luc Boivin affirme que le président de l'arrondissement de La Baie n'a possiblement pas toutes les qualités requises pour exercer un tel mandat. « C'est sûr qu'on va avoir une très sérieuse discussion avec lui. Son rôle de président va être remis en question. Je pense qu'il comprend très mal son rôle de président et on va le lui rappeler. »

M. Boivin fait cette sortie après avoir appris que François Tremblay appuie l'Équipe du renouveau démocratique (ÉRD) dans le dossier du guichet unique pour les subventions. Une véritable « bulle au cerveau », selon Luc Boivin. Le conseiller et homme d'affaires soutient aussi que, contrairement à ce que M. Tremblay a affirmé dans Le Progrès-Dimanche, le président d'arrondissement est toujours consulté.

Luc Boivin va jusqu'à dire qu'il a « peut-être fait une erreur » en votant pour François Tremblay comme président d'arrondissement, au détriment de Martine Gauthier.

« Le président doit avoir un rôle rassembleur, un rôle d'écoute. Définitivement, présentement, ce qu'on s'aperçoit, c'est qu'il sort tout sur Facebook, il réfléchit, il dit tout haut ce qu'il pense. Malheureusement, quand tu es président d'arrondissement, tu as un devoir de t'élever au-dessus de la mêlée, un devoir d'écouter, d'être rassembleur... Présentement, c'est carrément pas le cas. Il divise l'arrondissement. Quand j'ai voté pour lui, j'avais confiance parce qu'il voulait le faire à temps plein. J'ai sous-estimé l'importance de la connaissance de la machine, de l'appareil. Clairement, il comprend mal comment fonctionne la ville administrativement. C'est gros, la ville de Saguenay. Il y a beaucoup de commissions. »

Luc Boivin affirme que François Tremblay sera rencontré « dans un cadre formel », en présence de M. Boivin et de Martine Gauthier.

« Quand il (François Tremblay) n'a pas ce qu'il veut, il est comme un enfant de cinq ans qui n'a pas eu son Tonka et qui décide de ne plus se brosser les dents. Il a un rôle à jouer, et il doit le jouer. Ce n'est pas vrai qu'on va laisser l'arrondissement aller à la galère. Ce qui a fait la force de l'arrondissement de La Baie depuis toujours, c'est que malgré que nous n'étions pas d'accord, on était unanimes sur les décisions qu'on prenait. Une fois que la décision est prise, on vit avec. »

« Il attaque l'aide aux organismes. Il attaque le fonctionnement complet. Ce n'est pas vrai que ce sont tous les mêmes qui décident (l'exécutif). L'ERD, ce qu'ils proposent, c'est carrément du réchauffé. (...) Ils veulent que ce soit des fonctionnaires qui décident? Ben voyons, ça ne tient pas la route. »

François Tremblay affirmait dans Le Progrès-Dimanche qu'il n'est pas normal qu'une seule personne, nommée sans appel de candidatures, ait pour mandat d'attribuer des fonds publics. Selon lui, « l'appareil est en train d'être réduit pour un contrôle global, horizontal et vertical, par l'exécutif. »

Terrains de la Consol

Selon Luc Boivin, François Tremblay a été consulté dans le dossier des terrains de la Consol. Hier, dans Le Progrès-Dimanche, M. Tremblay affirmait être exclu des discussions avec PFR.

« Il y a beaucoup de réchauffé dans ce dossier. Le seul élément nouveau, c'est la question des installations de la Consol. On a voté récemment à l'exécutif un montant pour faire l'évaluation des bâtiments pour nous assurer qu'ils ont plus de 50 % de désuétude. À ce moment-là, ça peut enclencher un processus dans lequel Saguenay va demander aux propriétaires des bâtiments de les démolir. Les négociations en cours concernent Scierie Saguenay et non pas Consol. Les terrains de Consol, les dernières discussions, elles remontent à assez longtemps et François avait même rencontré Karl Blackburn. Il n'y a pas plus d'évolution dans ce dossier. (...) François Tremblay sait tout ça. Il sait qu'il y a des démarches entreprises avec Scierie Saguenay. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer