Victime d'un caillot au cerveau, sa fille n'a pas été soignée

Une mère veut poursuivre l'hôpital d'Alma

Audrey Girard, une mère d'Alma, veut poursuivre le... ((Photo tirée de Facebook))

Agrandir

Audrey Girard, une mère d'Alma, veut poursuivre le CSSS Lac-Saint-Jean-Est et ses médecins pour mauvais diagnostics. Sa fille, Anne-Sophie Girard, est actuellement hospitalisée à Québec pour une thrombose veineuse. La jeune fille de 19 ans, nouvelle mère de famille, a également souffert de «plusieurs petits AVC».

(Photo tirée de Facebook)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Laura Lévesque
Le Quotidien

Audrey Girard, une mère d'Alma, veut poursuivre le CSSS Lac-Saint-Jean-Est et ses médecins pour mauvais diagnostics. Sa fille, Anne-Sophie Girard, est actuellement hospitalisée à Québec pour une thrombose veineuse. La jeune fille de 19 ans, nouvelle mère de famille, a également souffert de «plusieurs petits AVC».

Mais lorsqu'elle s'est présentée à l'urgence, la semaine dernière, pour d'intolérables maux de tête et des vomissements, Anne Sophie Girard n'a pu rencontrer un médecin à l'intérieur de plusieurs heures, ce qui l'a poussée à retourner à la maison. Voyant que son état ne s'améliorait pas, elle est retournée à l'urgence où elle aurait reçu des médicaments pour une sinusite. Elle a ensuite rencontré plusieurs autres médecins d'Alma avant son transfert à Québec, mercredi dernier.

Mais c'est l'attitude des médecins qui a le plus choqué Audrey Girard, qui a dû, selon ses dires, s'obstiner pour convaincre le personnel médical de l'hôpital que sa fille était réellement malade.

«Ils pensaient qu'elle faisait semblant ou qu'elle était manipulatrice. Mais elle avait réellement mal. La moitié de son corps était engourdie, et une infirmière a dit que c'était parce qu'elle s'était couchée sur ce côté. Leur réaction était irrespectueuse», dénonce Mme Girard, précisant qu'au moins quatre médecins ont examiné sa fille.

L'état de santé de Anne-Sophie, 19 ans, serait stable. Mais la mère ne sait pas s'il y aura des conséquences à long terme.

«C'est un caillot de sang au cerveau. Il y a eu du sang de répandu. On ne sait donc pas comment ça va se terminer. Elle doit rester dans un sommeil profond, elle a de la morphine aussi. Mais on va voir au jour le jour», explique Mme Girard.

Cette dernière compte intenter une poursuite contre l'établissement ou les médecins impliqués.

«Je vais attendre que ma fille reprenne du mieux et je vais m'y consacrer. Il ne faut pas que de telles choses se reproduisent. Je vais me battre», laisse tomber la mère de famille.

Le CSSS Lac-Saint-Jean-Est n'a pas voulu commenter les prétentions de Mme Girard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer