Taxation des nuitées

Bédard dénonce la décision de Québec

Le député de Chicoutimi à l'Assemblée nationale, Stéphane... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Le député de Chicoutimi à l'Assemblée nationale, Stéphane Bédard, dénonce la volonté du gouvernement du Québec de centraliser la gestion des revenus provenant de la taxe sur les nuitées. Il juge que cette nouvelle vague de centralisation va plomber l'industrie touristique des régions du Québec.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le député de Chicoutimi à l'Assemblée nationale et chef du Parti québécois Stéphane Bédard soutient que le rouleau compresseur du gouvernement de Philippe Couillard aura maintenant pour effet de faire disparaître le modèle de la taxation des nuitées qui permet aux régions de tirer leur épingle du jeu dans cette industrie.

Le député a convoqué la presse, hier matin, au gîte de la Maison du séminaire, pour dénoncer ce qu'il considère être une nouvelle vague de centralisation en provenance de Québec. Cette fois, insiste-t-il, il est possible de faire reculer Québec qui veut s'attaquer à une formule mise en place pour permettre aux régions de cibler des clientèles touristiques.

La taxe sur les nuitées rapporte chaque année de 1,2 à 1,5 M$ dans la région. Au départ, il était convenu que les hôteliers et propriétaires de gîtes prélèvent la taxe (3 $) et la retournent aux associations régionales qui peuvent alors mener des campagnes de promotion pour des clientèles qui offrent aux régions des opportunités », a-t-il déclaré.

Cette taxe de la nuitée constituait un outil de développement pour l'industrie touristique en région ainsi qu'un symbole de la volonté des régions de prendre leurs propres décisions. En voulant récupérer cette taxe, Québec va à l'encontre d'un long consensus qui a permis de développer un modèle éprouvé, selon le député de Chicoutimi.

« Ce n'est pas vrai que la région va sortir gagnante des grandes campagnes de promotion pour le tourisme sur la scène internationale. Les représentants de l'industrie régionale peuvent décider qu'ils ont intérêt à mener une campagne plus régionale, à viser d'autres clientèles que les grandes villes tentent d'attirer. Avec le projet du gouvernement, ils ne vont que percevoir une taxe sans être en mesure de s'en servir comme outil de développement », dénonce Stéphane Bédard qui souhaite une levée de boucliers partout au Québec afin de contrer cette nouvelle opération de centralisation.

Pour le chef du Parti québécois, le gouvernement libéral confirme une fois de plus qu'il est insensible à la situation des régions. Stéphane Bédard cite la réforme de la santé qui va faire disparaître des dizaines d'emplois, celles des structures de concertation et de développement dont le résultat se traduira à nouveau par des pertes d'emploi. Aujourd'hui, la réforme annoncée dans l'industrie touristique constitue une autre preuve d'une vision doctrinaire qui préconise la centralisation des pouvoirs au détriment des régions du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer