Prix Essor

Une bourse pour le projet IMPACT

Yves Larouche, directeur adjoint et directeur du programme... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Yves Larouche, directeur adjoint et directeur du programme Arts et métiers de la scène de la Polyvalente Jonquière, ainsi que le policier Luc Tardif, responsable du volet communautaire à la Sécurité publique de Saguenay, ont vu le projet IMPACT récompensé d'un prix Essor cette semaine.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Le projet IMPACT de l'École polyvalente Jonquière ne laisse personne indifférent. La pièce de théâtre multidisciplinaire a remporté cette semaine le prix Essor "Partenariat" décerné par le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport ainsi que par le ministère de la Culture et des Communications. Un prix assorti d'une bourse de 5000$ qui contribuera certainement à permettre le retour du projet en 2015.

Le projet IMPACT est en voie de revenir cette année. «Les démarches vont bon train pour une édition 2015. Les partenaires répondent très bien. Il y a aussi un intérêt au Lac-Saint-Jean. En collaboration avec la Sûreté du Québec, les élèves du Lac-Saint-Jean devraient pouvoir se déplacer à Saguenay pour assister à la pièce», confirme Luc Tardif, policier responsable du volet communautaire à la Sécurité publique de Saguenay et initiateur du projet.

«Le prix Essor nous donne aussi de la crédibilité. L'an passé, on travaillait avec des promesses. C'est beaucoup plus facile cette année», affirme celui qui était présent au salon rouge de l'Assemblée nationale pour recevoir le prix.

La pièce du projet IMPACT met en scène des jeunes qui, le soir de l'après-bal, ont un accident de voiture alors que le conducteur a consommé de l'alcool. Un jeune décède, deux autres sont blessés.

«La pièce permet de prendre conscience des conséquences autant légales que sociales et familiales de ce geste», décrit Luc Tardif.

La pièce s'amorce immédiatement après l'accident. La suite des événements défile devant les spectateurs.

«On voit les voitures, l'annonce du décès aux parents, la salle de stabilisation à l'hôpital, l'identification du corps par les parents, la lecture des droits au conducteur, les accusations déposées, le plaidoyer de la procureure et les funérailles», énumère Yves Larouche, directeur adjoint à la Polyvalente Jonquière et directeur du programme Arts et métiers de la scène de la Polyvalente Jonquière.

Le projet est né d'un travail de collaboration entre différents intervenants.

Cinq ambulanciers, quatre policiers, trois pompiers, trois urgentologues, sept infirmières, une inhalothérapeute, une procureure, ainsi que deux comédiens adultes, et 19 étudiants du programme Arts et métiers de la scène y ont collaboré.

Le metteur en scène Louis Wauthier, l'auteure Anick Martel et des étudiants d'Arts et technologie des médias ont aussi participé.

Les effets du projet se sont fait sentir. Quelque 2000 élèves de cinquième secondaire de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay et de la Commission scolaire De La Jonquière ont assisté à la pièce au Théâtre du palais municipal de La Baie.

«C'était le silence total dans la salle. Beaucoup ont pleuré. Je n'ai jamais vu 2000 élèves aussi attentifs», affirme Yves Larouche.

La pièce est d'une durée de 55 minutes.

«Pour que ce soit choc, que ça ait le plus d'impact, il fallait concentrer tout ça en moins d'une heure», affirme Luc Tardif.

Un retour sur la pièce est aussi fait en classe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer