Laforest ne se présentera pas

Après avoir réfléchi à la possibilité de porter... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Après avoir réfléchi à la possibilité de porter les couleurs du Parti conservateur dans Jonquière, Réjean Laforest met fin au suspense en annonçant qu'il ne sera pas candidat.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

L'ancien conseiller municipal Réjean Laforest ne sera pas candidat aux élections fédérales de l'automne. Après avoir laissé planer pendant plus d'un an la possibilité d'effectuer un retour dans l'arène politique, l'ex-président de l'arrondissement de Jonquière ferme les livres pour de bon.

Quelques mois après sa retraite du monde municipal, Réjean Laforest amorçait déjà une réflexion au sujet d'une éventuelle candidature sous la bannière libérale ou conservatrice en 2015. Ouvertement séduit par le charisme et le leadership de Justin Trudeau, avec qui il a eu l'occasion de discuter lors d'un congrès de la Fédération canadienne des municipalités (FCM), Réjean Laforest s'est également dit en parfaite harmonie avec le programme du Parti conservateur du Canada (PCC), notamment en matière d'économie. Le député de Roberval et lieutenant du PCC au Québec, Denis Lebel, est également un bon ami de Réjean Laforest. Pour cette raison, son coeur penchait du côté des bleus. Les conservateurs ont courtisé le candidat potentiel, après que Jean-Pierre Blackburn eut annoncé qu'il ne briguerait pas les suffrages.

Réjean Laforest affirme avoir réfléchi de façon très intense pendant une quinzaine de jours après avoir reçu l'appel de Denis Lebel, qui le voyait député de Jonquière aux Communes. Il rapporte également avoir sondé environ 200 personnes de son entourage. Le retraité de la politique a senti l'appui de tous.

«Je me suis rendu compte que plusieurs étaient prêts à faire fi de leur allégeance politique pour voter pour l'homme», dit Réjean Laforest, qui a été impliqué en politique municipale pendant 18 ans.

Mais au bout du compte, l'homme public a décidé de demeurer dans l'ombre.

«Je me suis demandé si j'étais prêt à fermer la porte sur mon avenir politique pour de bon. Depuis ma retraite il y a 15 mois, j'ai une certaine qualité de vie à laquelle je me suis habitué. En fin de compte, c'est ma liberté d'action qui l'a emporté. Le loisir de pouvoir fermer la porte de la maison, de m'en aller et de ne pas être obligé de revenir pour une réunion», dit Réjean Laforest, qui croit que deux mandats auraient été nécessaires afin de pouvoir «changer les choses de l'intérieur» à Ottawa. En tournant le dos à une carrière politique au fédéral, Réjean Laforest est conscient qu'un chapitre se termine. Il se sent serein et prêt à profiter pleinement de la retraite.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer