Entreprises de Denis Boily

Le Conseil de bande analyse le dossier

Denis Boily est associé à plusieurs entreprises de... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Denis Boily est associé à plusieurs entreprises de la région, dont Location d'outils Roberval.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

(Chicoutimi) En raison des infractions commises à la Loi sur les contrats des organismes publics par l'une de ses entreprises, Location d'outils Roberval, le cas de Denis Boily, homme d'affaires et administrateur de la Société de développement économique Ilnu (SDEI), fait actuellement l'objet d'une analyse de la part du conseil d'administration de l'organisme ainsi que du Conseil de Pekuakamiulnuatsh Takuhikan (Mashteuiatsh).

Selon Me Yvon Parent, président du conseil d'administration de la SDEI, les informations publiées mercredi par Le Quotidien concernant l'inscription au Registre des entreprises non admissibles aux contrats publics (RENA) de 9060-1766 (Location d'outils Roberval) ont incité le conseil de bande à se réunir pour discuter du sujet.

Location d'outils Roberval a contrevenu aux articles 7 et 10 du règlement en produisant à Revenu Québec un document qui contient des renseignements faux ou inexacts, en produisant l'attestation d'un tiers et en faisant une fausse déclaration concernant la détention d'attestation.

L'inscription au RENA pourrait avoir des effets importants sur le volume d'affaires puisqu'il a pour effet de bannir pour cinq ans l'entreprise de tous contrats gouvernementaux. Les sous-traitants sont tenus également de ne pas requérir aux services de compagnies bannies.

Évitement fiscal

Selon des informations obtenues de bonne source, un stratagème d'évitement fiscal aurait été mis en place impliquant des compagnies soeurs appartenant toutes à M. Boily au sein desquelles l'argent circule afin que les profits restent dans des compagnies coquilles situées à Mashteuiatsh, où aucune taxe n'est envoyée au gouvernement.

Lors d'une brève entrevue, M. Parent a déclaré que la situation de M. Boily a été discutée et que des vérifications sont faites présentement afin de déterminer s'il peut continuer à siéger comme administrateur.

Selon le Code d'éthique et de déontologie de la SDEI, tout administrateur doit agir avec probité et observer les règles sociales avec honnêteté et intégrité. À défaut, il devient passible de sanctions et de mesures décidées par le conseil d'administration qui pourra s'adjoindre un comité d'éthique ayant un rôle de recommandation.

Selon les informations obtenues via le registraire des entreprises du Québec, M. Boily est à la tête ou associé à sept entreprises différentes faisant affaire dans la région, mais aussi à l'extérieur. Outre Location d'outils Roberval, ayant sa place d'affaires au 1200 boulevard Marcotte, M. Boily est actionnaire unique de Gestion Micaan enr.; Ilnou-Tec et Innu Location, ayant toutes leur adresse au 2, rue de l'Orme à Mashteuiatsh.

Dans le cas de Fourrure Ilnu, l'entreprise est située au 1619 Ouiatchouan.

M. Boily et ses associés brassent des affaires également à l'extérieur de la région. C'est le cas de Location d'outils Atikam-tec, de Wemotaci, où sont associés Bernard Biroté et Rodrigue Coocoo. Quant à Location d'outil Cree-Tec, M. Boily est associé avec le Cri John Kitchen, de Waswanipi, qui a occupé le poste de chef de bande à une certaine époque.

La présence de compagnies de M. Boily sur la Côte-Nord et ailleurs au Québec permettrait de favoriser l'obtention de contrats de location puisque certains grands donneurs d'ouvrage comme Hydro-Québec ont un pourcentage de leur contrat à donner aux compagnies autochtones.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer