Exercice 2014

RTA déclare un bénéfice de 1,2 G$

Des records de production aux usines Alma, AP60,... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Des records de production aux usines Alma, AP60, Laterrière et ABI (Bécancour) ont permis à Rio Tinto Alcan d'annoncer des bénéfices nets de 1,2 G$ au cours de son exercice 2014, en croissance de 124% comparativement à l'année 2013.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

(Chicoutimi) Des records de production aux usines Alma, AP60, Laterrière et ABI (Bécancour) ont permis à Rio Tinto Alcan d'annoncer des bénéfices nets de 1,2 G$ au cours de son exercice 2014, en croissance de 124% comparativement à l'année 2013.

Il s'agit d'une amélioration considérable par rapport à 2013 et aux années précédentes où la Division aluminium de Rio Tinto se trouvait en territoire négatif.

Dans les commentaires livrés lors du dévoilement des résultats, Alfredo Barrios, chef de la direction de Rio Tinto Alcan (RTA), a mentionné que l'entreprise a pu tirer parti des primes plus élevées sur les prix ainsi que des taux de change plus favorables. «Nous avons réalisé des réductions de coûts effectifs de l'ordre de 232 M$ en 2014, ce qui prouve que nos décisions difficiles et nos efforts soutenus ces dernières années continuent de porter leurs fruits. En effet, si nous nous penchons sur les deux dernières années seulement, les coûts effectifs ont diminué de 806 M$ au total à l'échelle du groupe de produits», a indiqué M. Barrios.

Une baisse importante du fonds de roulement a contribué à accroître les flux de trésorerie disponibles. Dans l'ensemble, les dépenses en immobilisations en 2014 se sont chiffrées à 2 milliards$.

Faits saillants sectoriels

Pour la première fois, RTA a publié les données séparément pour chacune de ses trois divisions - bauxite, alumine et aluminium -, lesquelles ont toutes enregistré des améliorations par rapport à 2013. Des records de production ont même été fracassés dans une dizaine d'établissements.

La division bauxite a affiché un bénéfice net de 429 M$, comparativement à 377 M$ en 2013, et a atteint un record de production à la mine Sangaredi de CBG, en Guinée.

De son côté, la division alumine a déclaré une perte de 209 M$ pour 2014, soit moins que la perte de 265 M$ de 2013. De nouveaux records de production ont été établis aux usines Vaudreuil, Yarwun (Australie) et Alumar (Brésil).

La production de métal primaire a généré un bénéfice net de 629 M$ (contre 200 M$ en 2013) et Pacific Aluminium un bénéfice de 291 M$ (contre 126 M$ en 2013). Outre ces résultats, les usines qui ont enregistré des records de production sont Dunkerque (France), ISAL (Islande), ainsi que Bell Bay et Tomago (Australie).

M. Barrios a mentionné que la prochaine étape consiste à rendre le groupe attrayant pour les investisseurs. Selon lui, les rendements générés demeurent insuffisants pour couvrir les fonds que Rio Tinto investit.

«Cela signifie que nous devons continuer de prendre les moyens qui s'imposent pour changer les choses et nous assurer que chaque dollar est dépensé judicieusement. À titre d'indication quantitative, nous devons être capables de générer un rendement sur le capital investi (RCI) d'au moins 8% lorsque les prix sont au creux du cycle et des flux de trésorerie disponibles assez élevés pour couvrir la part du dividende de Rio Tinto. Si nous y parvenons, nous aurons mérité le droit d'investir et de prendre de l'expansion.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer