250 millions $ en études à réaliser d'ici 2017

GNL Québec valide l'intérêt

Le président de GNL Québec, Michel G. Gagnon.... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Le président de GNL Québec, Michel G. Gagnon.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

(Chicoutimi) Avant d'investir 250 millions $ dans la réalisation d'études techniques d'ici 2017, la direction de GNL Québec continue de valider l'intérêt des acteurs socio-économiques de la région envers son projet Énergie Saguenay.

De passage dans la région, hier, le président de GNL Québec, Michel G. Gagnon, accompagné de Marie-Claude Lavigne, directrice des affaires publiques, a fait le point sur ce mégaprojet, annoncé en juin dernier, de construire, en 2020-2021, une usine de liquéfaction de gaz naturel à Grande-Anse au coût de 7 milliards $.

Le 24 octobre dernier, GNL Québec a déposé une demande auprès de l'Office national de l'énergie afin d'exporter 11 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié (GNL) à partir de Grande-Anse. Le gaz serait transporté dans la région à partir d'un nouveau gazoduc de 42 pouces sur une distance de 650 kilomètres puis acheminé par bateaux après avoir été liquéfié à moins 161 degrés Celsius.

M. Gagnon a précisé que le projet en est à son deuxième balbutiement. Depuis juin, plusieurs étapes préliminaires ont été franchies avec la réalisation d'études portant sur le potentiel au niveau du marché, la disponibilité à long terme du gaz naturel provenant de l'ouest, la capacité du réseau électrique, l'intérêt des acheteurs potentiels en plus de discussions entamées avec différents acteurs, dont Gaz Métro. Certaines de ces études portent sur le coût en capital de l'usine. Certaines ont été réalisées par Cégertec et la multinationale de l'ingénierie spécialisée en énergie, Foster Wheeler. M. Gagnon confirme que plus de 10 M$ ont été investis en études et il prévoit que 250 M$ supplémentaires seront nécessaires d'ici 2017 pour l'avancement du projet conditionnellement à l'autorisation de l'ONE attendue ce printemps. Suivra l'avis de projet auprès des deux paliers de gouvernement.

Préconsultation

Selon M. Gagnon, l'année 2015 permettra de valider l'intérêt de la population et des acteurs socio-économiques. « Nous serons présents sur le terrain avec l'ouverture de notre bureau de liaison qui deviendra le siège social de GNL Québec, au 345 rue des Saguenéens. »

Depuis l'été dernier, GNL Québec a fait des présentations auprès d'environ 25 groupes parmi lesquels on retrouve le Parc Marin du Saguenay, la Chambre de commerce, la Sécurité publique de Saguenay, la Marina de La Baie, l'UPA, le Parc Aventure Cap Jaseux, etc., dans le but de mesurer le degré d'acceptabilité sociale du projet.

Les prochaines étapes prévoient la formation de comités consultatifs dont la mission sera de prendre le pouls de la population et des groupes d'intérêt avec tous les tenants et aboutissants. « Notre intention est de travailler avec et en partenariat avec la communauté de Saguenay. Nous avons encore plusieurs étapes à franchir. À cette étape-ci, il est évident qu'on n'a pas toutes les réponses à fournir puisqu'aucune ingénierie détaillée n'est encore réalisée, mais nous avons une bonne base qui nous confirme qu'on a un beau projet », explique M. Gagnon.

M. Gagnon a rappelé que l'intention de GNL Québec est d'exporter du gaz naturel liquide vers certains clients présents en Europe intéressés à diversifier leurs sources d'approvisionnement dans le contexte des conflits régionaux qui subsistent. Le marché asiatique est également visé en raison des intentions du gouvernement chinois de faire face aux problèmes de pollution graves qui subsistent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer