Les résidants du quartier Petite-France en colère

Séance du conseil houleuse à Jonquière

Réjean Hudon a préféré ne pas répondre aux... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Réjean Hudon a préféré ne pas répondre aux citoyens, hier soir, devant leurs nombreuses interventions.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Des résidants de Jonquière ont exprimé leur grogne au conseiller Réjean Hudon, hier soir, concernant le projet d'ouverture d'une sortie d'autoroute dans le quartier Petite-France. Estimant qu'il avait fait le tour du sujet, le conseiller a préféré ne pas répondre aux citoyens.

Visiblement, le projet de la rue De Vienne, à Jonquière, ne passe pas. Pour plusieurs, ouvrir le quartier directement à la sortie de l'autoroute risque de compromettre la sécurité des enfants et la quiétude des citoyens. Une mise en demeure a d'ailleurs été envoyée aux autorités municipales, hier, afin que le projet soit annulé. Et une pétition de 987 noms a été remise aux élus, lors de la séance du conseil.

De nombreux citoyens s'étaient déplacés à la salle Pierrette-Gaudreault et la période d'intervention du public a été presque entièrement dédiée au projet. «Vous n'avez pas l'appui des résidants et le projet n'est pas accepté par la population», a affirmé Julie Lessard, une résidante de la rue De Vienne. Selon les citoyens, le conseiller Réjean Hudon a refusé de les écouter lors d'une précédente rencontre.

«Nous voulons un plan et des réponses claires. Nous avons envoyé des lettres aux conseillers et nous n'avons pas eu de réponse. Présentement, on se sent lésé», a affirmé une autre citoyenne.

De son côté, Michel Bergeron s'inquiète pour la sécurité de ses deux jeunes enfants. «Je ne comprends pas pourquoi une ouverture dans le quartier réglerait le problème de circulation sur la rue Saint-Hubert», a-t-il dit.

Le président de l'arrondissement, Bernard Noël, a affirmé qu'il y avait toujours deux côtés à une médaille et que certains étaient en faveur du projet. Il a aussi précisé que la Ville irait de l'avant, avant de demander au conseiller Hudon s'il voulait donner son avis sur la question. Ce dernier a décliné l'invitation.

Questionné à ce sujet après la séance du conseil, Réjean Hudon a affirmé qu'il avait déjà dit tout ce qu'il avait à dire sur le sujet. «J'ai déjà dit mon opinion et les résidants ne m'ont pas écouté, je n'ai rien à dire de plus», a-t-il affirmé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer