Petit-Saguenay

La MRC du Fjord réclame de l'aide

Le préfet Gérald Savard.... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Le préfet Gérald Savard.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

(Chicoutimi) Les élus de la MRC du Fjord souhaitent que le gouvernement du Québec poursuive son aide financière aux villages dévitalisés, dont Petit-Saguenay fait partie, et c'est pourquoi ils s'adressent au premier ministre Philippe Couillard et aux ministres de l'Économie, Jacques Daoust, et des Affaires municipales, Pierre Moreau, afin d'atteindre cet objectif.

Réunis hier soir lors d'une séance régulière à Saint-Félix-D'Otis, les élus ont rappelé que depuis 2007, la MRC a signé différents contrats de diversification et de développement avec le ministère des Affaires municipales dans le cadre du fonds d'aide aux municipalités non industrielles, du Programme d'appui au redressement et à la rétention d'entreprises stratégiques et aux territoires en difficultés, ce qui a permis d'injecter pas moins de 2 millions $ dans l'économie des municipalités rurales.

« Les municipalités dévitalisées ont présenté des dossiers et des demandes très importantes pour leur milieu. Il faut dire au gouvernement de ne pas abandonner nos petites municipalités » a déclaré le maire de Sainte-Rose-du-Nord, Laurent Thibeault. Le préfet Gérald Savard avait déclaré auparavant que la MRC souhaitait que l'aide provenant du Fonds de développement territorial soit bonifiée dans le cadre de la prochaine négociation du futur pacte fiscal entre la Fédération québécoise des municipalités (FQM) et le ministère des Affaires municipales.

Disparition de la CRÉ

Avec la disparition le 31 mars prochain de la Conférence régionale des élus (CRÉ), le préfet Savard a exprimé sa volonté de réunir en une seule instance les ressources de la nouvelle Conférence régionale des préfets, d'Alliance forêt boréale, du comité de transition et de la Commission régionale des ressources naturelles du territoire. « Je veux que tout ça soit regroupé en une seule entité afin de permettre de mettre en place une nouvelle façon de fonctionner et de créer une unité forte dans la région ».

M. Savard a indiqué que pour le moment, il est difficile de prévoir comment ce regroupement des ressources pourra se concrétiser et comment la société civile pourra être représentée.

Pont de la rivière Valin

Les élus ont autorisé la directrice générale à lancer les appels d'offres pour la réalisation des plans, le démantèlement et la réfection du pont de la rivière Valin, une structure actuellement considérée comme fermée et dangereuse par le ministère des Forêts. Le nouveau pont, qui se situera sur le tracé du sentier de motoneige de calibre international, aura une longueur de 128 pieds. L'appel d'offres prévoit le dépôt de deux prix différents, soit un pour une structure complètement en bois et un autre pour une structure hybride acier-bois. L'an dernier, la réfection du pont du Bras-de-Louis avait demandé un débours de 304 000 $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer