Le siège social sera à Chicoutimi

La région hérite d'un centre universitaire

Le premier ministre Philippe Couillard avait indiqué que... ((Photo Jeannot Lévesque))

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard avait indiqué que la désignation universitaire du CISSS était une « question importante » à ses yeux.

(Photo Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Chicoutimi) Le futur Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la région obtient finalement la désignation universitaire, mais son centre administratif demeurera à Chicoutimi. On ignore toutefois comment la répartition des services administratifs s'effectuera sur le territoire.

La désignation universitaire constitue le seul changement qui affecte la région à la suite de l'adoption sous bâillon du projet de loi 10, hier, à l'Assemblée nationale.

C'est ce qu'a indiqué le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, en entrevue hier soir avec Le Quotidien.

La désignation universitaire, qui ajoute un « U » à l'acronyme CISSS, qui devient donc un CIUSSS (Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux), a été ajoutée lors d'un amendement adopté par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, hier en fin d'après-midi.

Mardi, dans nos pages, le premier ministre Philippe Couillard avait indiqué que la désignation universitaire du CISSS était une « question importante » à ses yeux. M. Couillard avait souligné que des activités administratives devaient aussi être tenues au Lac-Saint-Jean.

Le CIUSSS, qui absorbera en avril les six Centres de santé et de services sociaux (CSSS) de la région, fera donc partie des sept CIUSSS de la province. À cela s'ajoutent 22 CISSS et cinq établissements autonomes.

La désignation universitaire pour la région est liée à l'affiliation de l'Université du Québec à Chicoutimi à l'Université de Sherbrooke pour dispenser une formation régionale en médecine. Le rôle et le mandat précis des CIUSSS ne sont toutefois pas mentionnés dans le projet de loi.

Mauvaise foi

Cette désignation universitaire survenue à quelques heures de l'adoption du projet de loi 10 démontre la mauvaise foi et l'improvisation du ministre Barrette, estime le député péquiste de Jonquière.

« J'ai posé la question au ministre Barrette le 15 décembre, à savoir s'il avait réfléchi à faire un CIUSSS dans la région, et puis il ne m'a même pas répondu [...]. On voit que le premier ministre, qui est son boss finalement, l'a poussé à faire un CIUSSS pour la région. »

M. Gaudreault se dit heureux de la reconnaissance universitaire pour le futur centre administratif des soins de santé de la région, mais estime qu'il était « fondamental de le connaître avant ».

Siège social

Le siège social du centre administratif régional demeurera à Chicoutimi, tel qu'initialement prévu dans le projet de loi. Le projet de loi 10 ne fournit cependant pas de détails sur la possible répartition des services administratifs du CIUSSS.

« Ça, ce n'est pas dans la loi, ça va se passer au niveau des décisions administratives ou réglementaires locales. Donc on n'a pas de garanties au sujet de l'étalement sur le territoire », souligne le député Gaudreault.

« Dans le fond, il nous refile la patate chaude, ajoute Sylvain Gaudreault, qui parle de la réforme comme d'un exercice de centralisation sans précédent au Québec. Le ministre vient briser l'équilibre qu'on avait trouvé dans la région en ramenant les guerres de clochers [...] alors que la priorité devrait être les soins des patients. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer