Relance de panneaux Chambord

Unifor interpelle le PM

Évans Simard, président du Syndicat Unifor des travailleurs... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Évans Simard, président du Syndicat Unifor des travailleurs de l'usine Louisiana-Pacifique, et le conseiller syndical Stéphane McLean estiment que l'entreprise aurait toutes les raisons de redémarrer la production à l'usine de Chambord.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Chicoutimi) Le syndicat Unifor des travailleurs de l'usine Louisiana-Pacific attire l'attention du premier ministre du Québec et député de Roberval, Philippe Couillard, sur la relance des installations de Chambord, au moment où le gouvernement investit dans une unité de production semblable avec Forex dans la ville d'Amos, en Abitibi.

Le président du syndicat, Évans Simard, se réjouit pour les travailleurs de l'Abitibi des investissements réalisés par Forex pour la relance d'une usine et la construction d'une nouvelle ligne de production de panneaux dans lesquels Investissements Québec consent un près de 18 M$ sur un projet global de 70 M$. Il croit que cette nouvelle confirme qu'il y a en ce moment une opportunité que la région doit saisir. En plus des élus, il croit que Louisiana-Pacific doit donner signe de vie pour mettre en production l'usine de Chambord.

«Louisiana-Pacific doit faire une place à l'usine de Chambord et nous permettre de reprendre la production. La dernière fois qu'il y a eu une fermeture prolongée, ça devait prendre 5 à 6 mois pour démarrer l'usine et atteindre la pleine capacité de production. Nous avons réussi à atteindre la pleine production en un mois et on serait encore en mesure de mettre en opération l'usine rapidement», insiste le président du syndicat qui considère que la fenêtre qui se présente en ce moment est unique.

«Nous sommes dans une situation contraire aux raisons pour lesquelles nous avons fermé en 2008. Le dollar canadien est bas, il y a 1,2 million de mises en chantier aux États-Unis. Si Forex voit une opportunité, c'est qu'il y a une opportunité. On a déjà travaillé pour Forex et ils sont toujours efficaces sur le marché américain. On pourrait reprendre la production à Chambord et livrer des panneaux avant que la nouvelle usine de Forex produise son premier panneau», ajoute le leader syndical.

En plus des conditions favorables de marché, Évans Simard explique que l'usine de Chambord, malgré une mise à jour des équipements d'épuration de l'air, est en mesure de produire une multitude de types de panneaux avec les normes de qualité les plus élevées sur le marché. Lors de sa fermeture, elle produisait des panneaux pour les usines de poutrelles en I de la région, de l'Atlantique et des États-Unis.

Approvisionnement

Louisiana-Pacific a demandé au gouvernement du Québec de maintenir, pour une autre année, le contrat d'approvisionnement de feuillu de 500 000 mètres cubes pendant qu'elle évaluait la possibilité d'introduire à Chambord un nouveau produit. Selon le conseiller syndical Stéphane McLean, le produit en question est un déclin pour la finition extérieure et il sera produit à l'usine de Swan Valley dans l'Ouest canadien.

«Le plus choquant, c'est que l'annonce à Amos permet de réaliser un complexe intégré de production de panneaux et de lamellé collé. Le même projet avait été analysé pour Chambord, mais n'a jamais été réalisé. Il permet d'utiliser le petit bois pour faire des panneaux et le gros bois pour le déroulage qui entre dans la fabrication de poutrelles lamellées.»

Le syndicat Unifor de Chambord espère que son appel sera entendu par les politiciens et l'entreprise Louisiana-Pacific. Il y a toujours 90 personnes sur la liste de rappel de l'usine. Un peu plus de 40 travailleurs ont participé à la dernière assemblée générale et quatre travailleurs sont toujours à l'oeuvre pour assurer la conservation des équipements de production.

Cette sortie arrive après celle du Syndicat des producteurs de bois du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui avait obtenu de Philippe Couillard l'engagement que tout allait être mis en oeuvre pour relancer l'usine. Le syndicat a même offert de devenir un partenaire financier de l'entreprise pour relancer l'usine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer