Alexandre Cloutier dénonce la décision du gouvernement Couillard

Les libéraux s'en prennent aux « villages les plus pauvres »

Les libéraux s'en prennent aux « villages les... ((Photo le Quotidien, Laura Lévesque))

Agrandir

Les libéraux s'en prennent aux « villages les plus pauvres », dénonce Alexandre Cloutier.

(Photo le Quotidien, Laura Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

(Chicoutimi) Les libéraux s'en prennent aux « villages les plus pauvres », dénonce Alexandre Cloutier, qui se lève contre la décision du gouvernement Couillard d'abolir le programme du Fonds de soutien aux territoires en difficulté (FSTD). Le député de Lac-Saint-Jean déplore vigoureusement la fin de cette enveloppe budgétaire qui était destinée aux municipalités dévitalisées.

Dans la région, huit territoires sont considérés dévitalisés, dont six municipalités qui se trouvent dans le comté du premier ministre Philippe Couillard.

« On s'en prend aux villages pauvres. On leur dit, on tire la "plug" et vous n'aurez plus d'aide du gouvernement du Québec. Ce budget-là pouvait servir à payer un poste d'essence, à garder en vie un petit restaurant ou un dépanneur, justement pour assurer un minimum de redistribution dans le comté », pointe Alexandre Cloutier, estimant que le député de Roberval et premier ministre devra expliquer sa position aux citoyens concernés de sa circonscription.

La semaine dernière, le conseil du patronat avait suscité l'indignation en proposant de réallouer une partie des budgets consacrés au maintien des municipalités dévitalisées au profit de la migration vers des milieux où il y a plus d'emplois. Un non-sens, avait qualifié à ce moment le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau. Mais quelques jours plus tard, la fin du programme est annoncée.

« Jamais on n'aurait pensé que les propos du Conseil du patronat trouveraient écho au gouvernement. Je demande non seulement au gouvernement de reculer, mais aussi au ministre Moreau de s'excuser, car c'est carrément du mépris envers les plus petites municipalités », plaide Alexandre Cloutier.

En fin de journée, hier, Sylvain Gaudreault et Stéphane Bédard ont joint leur voix à celle de leur collègue de Lac-Saint-Jean. Ils demandent au ministre Pierre Moreau de revenir sur sa décision qui constitue une nouvelle attaque contre le développement des régions.

« Dans toutes nos régions, le saccage libéral se poursuit. Une fois de plus, personne ne sera épargné. Après avoir coupé les ressources et les outils de développement des régions, notamment les centres locaux de développement et les conférences régionales des élus, et avoir imposé des compressions de 300 millions $ au monde municipal, le gouvernement continue d'asphyxier nos régions », mentionne Stéphane Bédard.

« Le jour même où le Conseil du patronat du Québec (CPQ) s'excuse pour avoir proposé de relocaliser les familles des régions dévitalisées vers les grands centres, on apprend que le ministre coupe un fonds de 53 millions $ destiné aux villages en difficulté. Décidément, les libéraux n'ont aucune vision de l'occupation de notre territoire. Ces municipalités ont besoin de soutien et d'un plan structurant pour maximiser leur développement », ajoute Sylvain Gaudreault.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer