Meurtre au motel Richelieu en octobre 2011

Savard subira son procès en juin

Larry Savard subira son procès les 11 et... ((Photo Jeannot Lévesque))

Agrandir

Larry Savard subira son procès les 11 et 12 juin devant le juge Jean Hudon, de la Cour du Québec.

(Photo Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Chicoutimi) Larry Savard, l'un des derniers accusés dans l'histoire du meurtre du motel Richelieu, subira son procès les 11 et 12 juin devant le juge Jean Hudon, de la Cour du Québec.

La procureure de la Couronne, Me Mélanie Paré et l'avocat en défense, Me Sébastien Saint-Laurent, en sont venus à cette conclusion, hier matin.

En fait, le procès de Savard, accusé de tentative de meurtre et de voies de fait avec lésions en lien avec un vol qualifié de 50 à 75 livres de marijuana sur le stationnement de l'ancien motel Richelieu, le 25 octobre 2011, devait se dérouler cette semaine. Selon la preuve, Savard et son coaccusé, Marcel Rousseau, s'étaient rendus à Jonquière pour y vendre leur marchandise, mais la transaction ne s'est pas déroulée comme prévu.

Un groupe de huit individus a tenté de soutirer les stupéfiants au duo de l'extérieur sans les payer. La bagarre a éclaté.

Selon les actes reprochés à Savard, celui-ci aurait tenté d'assassiner Stéphane Poitras lors de ce « burn » de drogue. Poitras a subi des blessures incapacitantes à la suite de l'altercation.

En revanche, l'histoire s'était très mal terminée pour Maxime Dallaire-Gobeil, car ce dernier y a laissé sa vie.

Le procès ne peut se dérouler cette semaine en raison d'une mauvaise inscription dans le dossier de la Cour. Il avait été inscrit que les procédures prévues se déroulaient sans témoin. L'avocat de la défense a donc planifié un autre procès dans la région de Québec. Apprenant ce qui se passait, il a tenté de remettre son procès dans la Capitale nationale, mais n'a pas été en mesure d'y parvenir.

Le procès dans le district de Chicoutimi a donc dû être repoussé.

Une autre difficulté vient aussi s'ajouter dans ce dossier. Les avocats doivent trouver un juge de la région qui n'a pas siégé à l'une ou l'autre des étapes de tout le processus regroupant la dizaine d'accusés dans cette affaire. Plusieurs avaient été impliqués lors de l'enquête préliminaire ou encore lors des enquêtes de remise en liberté des coaccusés dans cette affaire. Et il fallait vérifier leur disponibilité à Chicoutimi au moment où les avocats étaient disponibles.

Comme seuls les juges Paul Guimond, Jean Hudon et Rosaire Larouche n'ont jamais été mêlés à ce dossier, ça limitait les possibilités.

Les procureurs ont donc convenu que les journées des 11 et 12 juin devant le juge Jean Hudon seraient appropriées.

Voler les trafiquants

L'histoire du Motel Richelieu montre qu'un groupe de huit individus avait l'intention de dérober plusieurs kilogrammes de cannabis à deux individus de l'extérieur, soit Savard et Rousseau. L'objectif était de dérober les stupéfiants et de les revendre sans avoir eu à débourser un sou. Un individu devait une grosse somme d'argent à un revendeur et croyait être en mesure de se sortir du pétrin.

Jusqu'à présent, la tête dirigeante de l'opération, Dominic Paquet, a écopé de 54 mois de prison, alors qu'Yves Tremblay (45 ans), a été condamné à 16 mois de prison pour sa participation. Keven Moulton et Jean-François Bergeron ont reçu des sentences de deux ans moins un jour de prison.

Stéphane Poitras, qui a été poignardé à sept reprises, et Jonathan Bourgeois ont été condamnés à 42 mois d'emprisonnement.

Gabriel Paquet a eu une peine de 12 mois en société, alors que Stéphane Fortin a reçu une sentence de 24 mois de prison ferme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer