Stratégie de développement de l'aluminium

Couillard ouvert à utiliser les tarifs d'électricité

Le ministre Jacques Daoust et le premier ministre... ((Photo Jeannot Lévesque))

Agrandir

Le ministre Jacques Daoust et le premier ministre Philippe Couillard ont évidemment obtenu une oreille très attentive, hier.

(Photo Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Chicoutimi) Le premier ministre du Québec entend déposer une stratégie de l'aluminium qui permettra au Saguenay-Lac-Saint-Jean de miser sur ses atouts pour tirer son épingle du jeu et ainsi générer de la richesse et des emplois de qualité.

Philippe Couillard a présidé, hier, une séance de consultation de l'industrie dans le cadre du Rendez-vous de l'aluminium qui doit permettre au gouvernement d'arrêter la stratégie de l'aluminium. Cet exercice, qui ressemble à s'y méprendre au rendez-vous national sur la forêt tenu par le gouvernement péquiste en 2013, devrait aussi permettre de dégager des actions à court terme.

C'est du moins ce qu'a soutenu le député de Roberval en point de presse à sa sortie de la rencontre qui s'est déroulée à huis clos pendant tout l'avant-midi. Lors de son message de clôture, le premier ministre a insisté sur la nécessité, pour tous les intervenants de l'industrie, de dégager une vision commune afin de créer pour le métal gris le même créneau que celui de l'aéronautique dans la région de Montréal. Selon Philippe Couillard, toute l'industrie de l'aéronautique sait que Montréal est l'un des grands centres dans le domaine des transports comme semble vouloir le faire Alu-Québec, la nouvelle grande grappe industrielle de la province.

« Nous ne sommes pas tenants de grands sommets. Nous préférons des stratégies ciblées vers des secteurs spécifiques », a dans un premier temps indiqué le premier ministre pour justifier ce Rendez-vous de l'aluminium. Québec s'engage ainsi à accompagner le secteur industriel tout en jouant un rôle actif en utilisant les leviers dont il dispose. Le prix de l'électricité est l'élément le plus important pour les producteurs mondiaux ainsi que l'industrie de la transformation. Philippe Couillard est favorable à une politique agressive pour l'électricité, mais s'attend à des engagements fermes de l'industrie pour la création d'emplois avec des formules qui permettent de mesurer si ces engagements se concrétisent.

Le gouvernement a aussi la possibilité de soutenir l'industrie de l'aluminium en donnant des directives dans le cadre des grands marchés publics. C'est ainsi que l'État pourrait fixer des critères spécifiques pour augmenter l'utilisation de l'aluminium quand les grands contrats le permettent.

Les propos tenus hier matin par les représentants de l'État confirment que le gouvernement a encore de l'intérêt pour l'industrie de l'électrolyse. « On ne veut pas garder les mégawatts derrière les barrages », a tranché le premier ministre. Ce qui confirme la volonté de concrétiser les projets sur la table avec la troisième phase d'Alouette, Alma II ainsi que les phases 2 et 3 du projet AP60. Il est aussi indiqué qu'il doit y avoir un nouveau projet d'aluminerie au Québec.

Certains ont relié ce projet à celui supporté par les élus municipaux de Dolbeau-Mistassini. Il s'agit d'un projet d'aluminerie qui mettrait en présence, selon les rumeurs persistantes, le producteur Century Aluminium ou Alcoa.

Au total, les fonctionnaires du ministère de l'Économie, de l'Innovation et des exportations avaient préparé un document de consultation traitant de 24 préoccupations réparties sous trois thèmes. Québec doit déposer sa stratégie sur l'aluminium au printemps. Cette stratégie devrait normalement être livrée lors du sommet économique régional.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer