Malgré plusieurs fractures au visage

Raquetteur hors de danger

L'un des raquetteurs emportés par une chute de... ((Photo Mariane L. St-Gelais))

Agrandir

L'un des raquetteurs emportés par une chute de neige, samedi, sur la ZEC Onatchiway, sera opéré aujourd'hui. Il a subi plusieurs fractures au visage, mais sa vie est hors de danger.

(Photo Mariane L. St-Gelais)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

(Chicoutimi) L'un des raquetteurs emportés par une chute de neige, samedi, sur la ZEC Onatchiway, sera opéré aujourd'hui. Il a subi plusieurs fractures au visage, mais sa vie est hors de danger.

Ils étaient finalement six randonneurs, samedi, à avoir été surpris par un affaissement de neige. Deux d'entre eux sont toujours à l'hôpital, dont Éric Émond, blessé plus grièvement. L'autre souffre de quatre fractures aux côtes.

« Mon chum va beaucoup mieux aujourd'hui. Il a passé plusieurs examens, mais il n'aura pas de séquelles neurologiques. Il a une petite lésion cérébrale, mais rien d'extrêmement grave. C'est surtout au niveau du visage qu'il a été blessé. Il va d'ailleurs être opéré demain [aujourd'hui] pour ses fractures à la mâchoire et au nez », a raconté la copine du blessé, Élizabeth Tremblay, lors d'une entrevue accordée au Quotidien, hier soir.

« Il a mangé et il parle, c'est soulageant. Disons que les dernières heures ont été stressantes », a affirmé la dame, qui a été informée de l'accident par l'hôpital, samedi en fin de soirée.

Son copain et cinq de ses amis étaient partis pour un week-end entre amis, sur la ZEC Onatchiway. Samedi en fin de journée, ils ont décidé de faire une randonnée de raquettes. Mais la randonnée a vite tourné au cauchemar, lorsqu'un amoncellement de neige s'est détaché, entraînant les six raquetteurs.

Le groupe a chuté sur une trentaine de mètres avant d'être immobilisé par les arbres. Éric Émond s'est retrouvé enseveli sous la neige et les autres ont dû le déterrer. « Nous lui avons même arraché sa veste pour lui sortir la tête de là. Il avait de la neige dans la bouche et nous avons dû le réanimer », a raconté l'un des raquetteurs impliqués, hier. Ce dernier a dû réanimer la victime à deux reprises.

Loin d'être au bout de leur peine, les raquetteurs ont dû parcourir deux kilomètres à pied, avant d'appeler des secours. « Ils avaient perdu leurs bottes et ils ont quand même réussi à marcher tout ce temps. Aucun d'entre eux n'a d'engelure. C'est nos miraculés! », a lancé Élizabeth Tremblay.

Sur sa page Facebook et de son lit d'hôpital, Éric Émond a tenu à remercier ses amis. « Merci à mes chums, mes héros. On va s'en souvenir longtemps et plus tard, on va en rire », a-t-il publié, hier en soirée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer