Maison des naissances

L'ouverture encore reportée

L'ouverture de la maison des naissances est reportée... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

L'ouverture de la maison des naissances est reportée une nouvelle fois. Des travaux imprévus ont dû être effectués.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Quotidien

La date d'ouverture de la maison des naissances est reportée une fois de plus. D'abord prévue à l'automne, puis au début de 2015, l'inauguration est remise à une date ultérieure en raison de travaux imprévus. En attendant, les sages-femmes poursuivent leur travail, un service qui semble répondre à un besoin bien présent.

La maison des naissances devrait pouvoir accueillir ses premières femmes quelque part au printemps. Mais pour l'instant, aucune date n'est arrêtée quant à l'ouverture officielle de la résidence de la rue Saint-Vallier.

«La fin des travaux est prévue pour février ou mars. Ensuite, il faut compter quelques semaines pour faire le ménage et aménager les lieux», explique Sophie Martin, chargée de projet pour le déploiement des services sages-femmes au Saguenay-Lac-Saint-Jean et responsable des services sages-femmes.

Elle confirme que les sages-femmes ont hâte de s'installer dans leurs locaux, mais qu'en attendant, elles oeuvrent à offrir le service aux femmes qui font appel à elles.

«Actuellement, on n'offre pas aux femmes d'accoucher en maison de naissance. On ne voudrait pas décevoir quelqu'un en lui promettant une telle chose. Celles qui sont suivies par une sage-femme ont deux choix; accoucher à l'hôpital sous la responsabilité d'une sage-femme ou à leur domicile, s'il est situé dans un rayon de 15 kilomètres de l'hôpital de Chicoutimi.»

«Tout le monde a hâte, mais on continue notre travail. Nos journées sont bien remplies. Les délais, ce n'est pas agréable, mais ça va nous permettre d'être encore mieux organisées quand le temps sera venu de s'installer. Ce n'est pas du temps perdu», estime-t-elle.

Certains imprévus lors des travaux ont forcé le prolongement des délais.

«La maison date de 1950. On a eu quelques surprises. La tuyauterie et le système électrique du sous-sol ont dû être refaits, ce qui n'était pas prévu», explique Vanessa Boivin, responsable des communications du CSSS de Chicoutimi.

Le coût des travaux évalué à près de 600 000$ ne devrait pas trop souffrir des nouveaux délais.

«Probablement que les travaux et le délai supplémentaire engendreront un petit dépassement de coût, mais rien de trop important», assure-t-elle.

Depuis le début de la pratique sage-femme, en avril dernier, 48 accouchements ont été pratiqués.

«Je suis vraiment contente. C'est un nouveau service dans la région. La demande démontre que ça répond à un besoin», souligne Sophie Martin.

Une fois que la maison sera prête à accueillir les femmes, elle est convaincue que la demande sera encore plus importante. «Je m'attends à ce que ça augmente. On reçoit de la clientèle de partout, mais avec la maison, le nombre de personnes qui viennent d'ailleurs en région devrait être encore plus important.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer