«Touche pas à mes régions»

Les députés du PQ plaident pour la coalition

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault.... ((Photo Gimmy Desbiens))

Agrandir

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault.

(Photo Gimmy Desbiens)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Sylvain Gaudreault, Stéphane Bédard et Alexandre Cloutier sont unanimes. Ils trouvent odieux que le Saguenay-Lac-Saint-Jean n'ait toujours pas rejoint la coalition «Touche pas à mes régions». Et les députés estiment que c'est seulement pour plaire au premier ministre et député de Roberval Philippe Couillard que la région a refusé l'invitation.

«Ce qui se passe dans les régions du Québec actuellement est catastrophique. Je ne comprends pas cette résistance face au mouvement. Nous subissons des coupes à blanc en ce moment et il faudrait plutôt devenir un chef de file dans cette coalition, pas refuser d'y participer. En fait, il s'agit surtout d'une peur de déplaire au premier ministre», a indiqué le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, lorsque questionné sur le refus du maire de Saguenay, Jean Tremblay, de rejoindre le mouvement «Touche pas à mes régions», qui dénonce les coupes du gouvernement Couillard et la centralisation des services dans les grandes villes.

Le député de Chicoutimi et chef par intérim du Parti québécois, Stéphane Bédard, s'est dit extrêmement déçu d'apprendre que le maire de Saguenay a tourné le dos au mouvement. «Cette décision est strictement pour défendre le Parti libéral», a lancé le député, présent avec ses collègues à l'assemblée générale du parti, qui avait lieu hier à Chambord.

De son côté, le député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, continuera de plaider pour que la région rejoigne le mouvement. «Avec les mesures d'austérité du gouvernement, les régions n'ont jamais été aussi stagnantes», a indiqué Alexandre Cloutier, ajoutant avoir été choqué d'apprendre la fermeture de Portes ouvertes sur le Lac. «J'espère sérieusement que le premier ministre va s'en mêler, parce que cette fermeture est grave», a affirmé le député. Rappelons que l'organisme, qui offre du soutien pour les immigrants, doit fermer ses portes temporairement. C'est un manque de liquidité qui explique cette pause forcée. Les coupes du gouvernement du Québec ont touché la plupart des partenaires financiers de l'organisme qui peine désormais à boucler son budget.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer