Relations sexuelles avec une jeune fille de 15 ans

27 mois pour Jean-Marc Fortin

L'Almatois Jean-Marc Fortin reçoit une peine de 27 mois de prison pour avoir eu... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Chicoutimi) L'Almatois Jean-Marc Fortin reçoit une peine de 27 mois de prison pour avoir eu trois relations sexuelles complètes avec une jeune fille de 15 ans.

Le juge Pierre Simard, de la Cour du Québec, a rendu sa sentence vendredi matin au Palais de justice de Chicoutimi. Il avait plaidé coupable, le 22 juillet dernier dans le district judiciaire d'Alma, à des accusations de leurre informatique entre août 2012 et août 2013, d'avoir touché une partie du corps de la victime et de l'avoir incité à lui toucher.

Dans une décision de 13 pages, le magistrat a retenu la gravité des gestes, l'âge de la victime, la planification, la répétition des gestes sur une période relativement courte et un rapport présentenciel plutôt mitigé pour imposer la sentence. Il a tenu compte du plaidoyer de culpabilité, même si la victime a dû témoigner lors de l'enquête préliminaire, l'absence d'antécédents judiciaires et un risque de récidive atténué.

En imposant une sentence de 15 mois sur les chefs d'avoir incité la victime à le toucher et de l'avoir incité à lui toucher, de même qu'une peine consécutive de 12 mois pour leurre informatique, le juge s'est rangé derrière la demande de la Couronne, qui demandait 30 mois contre 12 à 15 mois pour la défense.

À partir du mois d'août 2012, l'homme de 57 ans a rencontré l'adolescente une première fois. Les deux ont ensuite échangé des messages sur Facebook durant quelques mois. Après une longue période inactive, les contacts ont repris en juillet 2013.

Une première rencontre physique se déroule le 10 août et Fortin profite de l'occasion pour toucher les seins de la jeune fille à deux reprises. Le lendemain, Fortin va plus loin en touchant aussi la vulve de l'adolescente.

La semaine qui suit aura été très active, alors que Fortin a eu trois relations sexuelles complètes et non protégées dans un champ les 13, 14 et 16 août.

Une semaine plus tard, le 23 août, la jeune fille se confie à sa soeur, qui en parle à son père. Jean-Marc Fortin est arrêté et accusé.

Le rapport présentenciel démontre que Fortin se déresponsabilise en partie des faits qui lui sont reprochés. Il estime même que la plaignante ne peut avoir de répercussions négatives, car elle a éprouvé du plaisir. Il s'est laissé tenter par cette relation sexuelle, même s'il savait que c'était illégal. Mais il se sentait valorisé.

Même s'il reconnaît sa responsabilité, Fortin a toujours laissé voir que c'est la victime qui a communiqué avec lui en premier et qu'il ne voulait pas entreprendre une relation avec l'adolescente. Il dit toujours que les deux ont des torts.

À partir du prononcé de la sentence, Fortin aura à purger 25 mois de prison. Les parties ont retranché une période de 45 jours de détention préventive. Il sera aussi sur la liste des délinquants sexuels pour 20 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer