Querelle régionale sur le choix du CISSS

Vraiment pas le bon moment

La présidente du conseil d'administration de l'hôpital de... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

La présidente du conseil d'administration de l'hôpital de Chicoutimi, Joan Simard, juge inapproprié pour le moment d'ouvrir une querelle politique sur l'emplacement du siège social du futur CISSS.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Chicoutimi) La présidente du conseil d'administration de l'hôpital de Chicoutimi, Joan Simard, juge inapproprié pour le moment d'ouvrir une querelle politique sur l'emplacement du siège social du futur CISSS alors que les administrateurs devraient se concentrer sur la meilleure façon de réaliser la transition tout en dispensant des soins de santé et services sociaux à la population régionale.

Au cours d'une entrevue qu'elle accordait au Quotidien hier matin, la présidente a mesuré ses propos quant à la décision du conseil d'administration de l'hôpital d'Alma de réclamer une modification législative pour déplacer le siège social du futur hôpital régional au Lac-Saint-Jean. La présidente a informé les membres du conseil de Chicoutimi qu'une discussion sur le sujet allait avoir lieu lors de la séance de la semaine prochaine, afin de dégager une position sur cette question qui risque d'embraser la région au cours des prochaines semaines.

«D'entrée de jeu, on doit mentionner que le siège social de l'agence a toujours été situé à Saguenay et que cette réalité n'a jamais posé de problème. Il est surtout important de s'assurer d'avoir au sein du conseil d'administration des représentants de toute la région. Mais on peut comprendre que ce changement soulève des craintes dans les plus petits hôpitaux et c'est tout à fait normal.»

La présidente enchaîne sur les grands enjeux de cette restructuration des établissements de santé de la région qui dépassent de beaucoup la situation géographique du siège social: «Nous devons nous assurer de conserver la mission universitaire du centre régional. Sa vocation pour la recherche dans le domaine de la santé et surtout, le maintien des activités de formation en médecine qui est devenue un avantage de premier plan que nous n'avons pas les moyens de perdre.»

D'autre part, elle n'a pas en mémoire de conflits majeurs entre l'hôpital de Chicoutimi et les autres hôpitaux de la région. La dernière querelle remonte à l'entente de complémentarité avec l'hôpital de Jonquière (au milieu et la fin de la décennie 90) et cette histoire appartient désormais au passé.

«Nous avons négocié des ententes avec les hôpitaux de la région et ça fonctionne très bien», plaide la présidente du conseil d'administration, avant de faire les mises en garde sur les risques d'un dérapage. Selon Joan Simard, un nouveau conseil d'administration sera mis en place pour créer le futur hôpital régional et il serait souhaitable que ce conseil n'ait pas à gérer des conflits inutiles qui n'ont pas leur raison d'être.

La présidente du conseil n'a pas voulu s'avancer sur les actions possibles qui risquent de découler de la prochaine séance du conseil d'administration. Elle sera attentive aux différentes positions politiques qui se dégageront d'ici la semaine prochaine: «Pour le moment, on peut en conclure qu'il ne s'agit vraiment pas d'une politique utile lorsque l'on considère les véritables enjeux de cette transformation dont l'objectif fondamental doit être la dispense de services de qualité aux citoyens partout sur le territoire régional.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer