Alma demande le CISSS

«Je ne me ferai pas passer une deuxième prison»

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, invite les... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, invite les trois députés du Saguenay à faire en sorte que Québec ne «passe pas une deuxième prison».

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Chicoutimi) Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, invite les trois députés du Saguenay à faire en sorte que Québec ne «passe pas une deuxième prison» à sa ville alors qu'Alma demande au ministre de la Santé de déménager le futur siège social du CISSS qui assurera la gestion de tous les hôpitaux de la région.

Jean Tremblay n'a pas l'intention de partir en guerre contre le Lac-Saint-Jean en raison de cette résolution adoptée par le conseil d'administration de l'hôpital jeannois. Une fois cette admission faite, Jean Tremlbay ne peut s'empêcher d'ajouter qu'il a toujours sur le coeur la décision de Québec de construire une nouvelle prison régionale à Roberval alors que tout le milieu juridique prônait Saguenay.

«J'espère que nos trois députés vont faire leur travail pour s'assurer que l'on conserve le siège social à Saguenay. C'est la logique qui parle. Même si nous ne voulons pas partir de guerre, nous ne prenons pas la chose à la légère et nous allons nous assurer que ça n'arrive pas. On ne se laissera pas plumer sans rien dire», promet le maire de Saguenay.

De bonne guerre

Jean Tremblay peut comprendre qu'un conseil d'administration comme celui d'Alma loge une demande semblable et tente sa chance. Il n'en tient pas rigueur aux administrateurs pour cette démarche. Il espère toutefois que l'affaire va s'arrêter là et que le gouvernement maintiendra le siège social de l'hôpital à Saguenay comme le stipule le projet de loi.

Jean Tremblay a fait référence aux trois députés du Saguenay, mais insiste spécifiquement auprès de Stéphane Bédard qu'il associe à la perte de la prison. Il rappelle que dans cette affaire, il a été le seul à se lever pour défendre les intérêts de Saguenay. La décision de la prison a été prise par le gouvernement de Jean Charest.

Le maire de Saguenay n'a pas dévoilé la nature des démarches que la ville entreprendra afin d'éviter un revirement de situation de dernière minute qui permettrait au gouvernement de modifier la loi pour déplacer le siège social à Alma. Dans le dossier de la prison, tout le monde s'entendait sur le non-sens d'une telle décision et le gouvernement est demeuré sourd aux arguments du Saguenay.

Le gouvernement du Québec avait agi de la même façon au début des années 90 sous le dernier gouvernement de Robert Bourassa. Le ministre des Forêts Albert Côté, conformément au voeu de son collègue Gaston Blackburn, avait alors déménagé la base des avions CL-215 de l'aéroport de Saint-Honoré vers celui de Roberval malgré des contraintes techniques importantes. Cette décision avait fait perdre à l'aéroport de Saint-Honoré un apport économique majeur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer