Bio-ax retarde ses annonces

Lamontagne pointe le climat malsain à Roberval

Serge Lamontagne affirme qu'il est victime du climat... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Serge Lamontagne affirme qu'il est victime du climat malsain qui prévaut au conseil de ville de Roberval. C'est pour cette raison qu'il ne fera pas de conférence de presse.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

(Roberval) Le climat malsain au conseil de ville de Roberval empêche l'entreprise Bio-Ax de faire une conférence de presse afin de dévoiler les détails de son projet de fabrication de broyeurs forestiers et de machines à biomasse.

Le promoteur, Serge Lamontagne, tient à rectifier les faits concernant l'avancement de son projet. « Je veux rétablir ma réputation en lien avec ce qui s'est dit à la radio locale cette semaine. Dans cette histoire, je me retrouve dans un feu croisé entre le conseil de ville et Résolu. Je suis tanné de ça! Je suis un citoyen apolitique qui veut que les choses se passent de façon harmonieuse », a-t-il mentionné en entrevue au Quotidien.

L'inconfort est tel qu'il ne veut pas procéder à une conférence de presse parce qu'il craint la réaction des politiciens et comment ça pourrait sortir dans les médias. Selon des sources, le climat actuel à Roberval refroidirait les ardeurs de Philippe Couillard et Denis Lebel à se présenter à cette annonce. « Nous étions prêts à faire une conférence de presse en mai, mais il a fallu l'annuler à la dernière minute à cause des chicanes au conseil. De plus, il y a des éléments de confidentialité et de brevet que nous ne pouvons pas dévoiler. C'est une autre raison qui freine notre volonté de faire une annonce », informe-t-il.

Installé depuis plusieurs mois dans la scierie de Roberval, Bio-Ax a commencé la production de broyeurs forestiers. Un premier a été livré à un client. Environ huit personnes travailleraient la fabrication des équipements forestiers.

S'il avait su ce qui l'attendait à Roberval, il n'aurait pas choisi de s'y installer et aurait opté pour Saint-Prime. « Le conseil de ville était très visionnaire et comprenait ma démarche. À Roberval, on dirait que je suis le bouc-émissaire de l'acharnement et des chicanes au conseil municipal », laisse-t-il tomber. Sa déception provient davantage des conseillers que du maire Guy Larouche.

L'entreprise fabrique deux produits, soit des broyeurs forestiers d'une puissance de 800 HP ainsi qu'une nouvelle génération d'équipement, unique au monde, destinée à la récolte de la biomasse forestière. Serge Lamontagne prévoit, si les commandes sont au rendez-vous, générer une centaine d'emplois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer