Financement illégal

Le DGE retire les plaintes contre Sylvain Corneau

Palais de justice de Chicoutimi... (Photo archives Rocket Lavoie)

Agrandir

Palais de justice de Chicoutimi

Photo archives Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sylvain Corneau, un employé de la firme de génie Roche, voit les six accusations de contribution illégale aux campagnes électorales de 2009 du maire de Saguenay, Jean Tremblay, et au Parti québécois, être retirées.

Hier matin, un représentant du bureau du Directeur général des élections (DGE) a confirmé le retrait des accusations devant le juge Richard P. Daoust, de la Cour du Québec. Aucune raison n'a été avancée en Cour.

Le 4 juillet 2014, l'avocate du DGE, Me Alexie Lafond-Veilleux, a déposé six plaintes à l'endroit de Corneau. On lui reprochait d'avoir aidé, vers le 29 octobre 2009, deux employées du groupe Roche à verser deux montants de 400 $ au Parti québécois autrement qu'à ses propres biens.

Les mêmes accusations ont été déposées entre le 15 juillet et le 15 septembre 2009 auprès du candidat indépendant à la mairie de Saguenay, Jean Tremblay. Corneau avait été inculpé d'avoir aidé quatre employées de Roche à verser des sommes de 1000 $ (trois fois) et 500 $ (une fois).

Corneau s'exposait à des amendes de plus de 9300 $, dont trois de 1889 $, deux de 1190 $ et une de 1264 $.

« Oui les plaintes ont été retirées. Le poursuivant peut le faire à n'importe quel moment dans une cause. Dans le dossier le plus global de la firme Roche, en considérant l'ensemble du dossier, nous avons pris la décision de retirer les plaintes », mentionne Denis Dion, porte-parole du bureau du Directeur général des élections.

L'an dernier, un ex-employé de Roche, André Côté avait reconnu sa culpabilité à des accusations similaires dans le cadre de la campagne électorale de 2009 à Saguenay.

Côté avait effectué six versements à la campagne de Jean Tremblay et autant à celle de Régis Labeaume, à Québec. Les contributions s'étaient élevées à 42 675 $.

L'ex-dirigeant de Roche a été condamné à payer des amendes au DGE et n'était pas autorisé à obtenir des contrats publics au Québec pour une période de trois ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer