Frais d'exploitation et altitude minimale d'approche

Pascan songe à déménager à Saint-Honoré

Le président de Pascan Aviation, Serge Charron, analyse... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Le président de Pascan Aviation, Serge Charron, analyse sérieusement la possibilité de quitter l'aéroport de Bagotville pour s'établir à l'aéroport de Saint-Honoré.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Chicoutimi) Le président de Pascan Aviation, Serge Charron, analyse sérieusement la possibilité de quitter l'aéroport de Bagotville pour s'établir à l'aéroport de Saint-Honoré.

Lors d'un entretien avec Le Quotidien, le propriétaire de l'entreprise a avoué que le dossier est présentement à l'étude, mais qu'aucune décision finale n'a encore été prise.

Selon les informations obtenues, deux éléments semblent jouer en défaveur de Bagotville.

« La première raison, c'est le minimum d'approche que l'on nous impose pour atterrir. Nous sommes restreints à 500 pieds à Bagotville, alors que c'est 340 pieds à Saint-Honoré. Cela signifie que si le plafond se situe à 400 pieds du sol, nous ne pouvons atterrir à Bagotville, à moins de nous trouver un trou quelque part dans les nuages nous permettant de voir le sol », mentionne M. Charron. Si on utilise ce même exemple pour Saint-Honoré, l'approche LNAV permet de descendre jusqu'à 340 pieds, donc de traverser la couche nuageuse grâce aux instruments jusqu'à ce que le pilote ait le sol en vue.

« Les fois où cela se produit et que nous ne pouvons atterrir, ça ne plaît pas à notre clientèle, car nous perdons beaucoup de temps à trouver l'endroit où l'on pourra descendre sans problème sous les 500 pieds », ajoute-t-il.

Problème

L'approche de précision aux instruments (ILS) de Bagotville a toujours permis de descendre jusqu'à un minimum de 200 pieds au dessus du sol. Mais après la construction de la nouvelle tour de contrôle il y a quelques années, Transport Canada a augmenté l'altitude minimale d'approche à 500 pieds, parce qu'elle se trouve trop près de la piste d'atterrissage, ce qui pourrait créer une confusion à l'arrivée des avions.

À la suite de demandes, Pascan Aviation a pu obtenir une dérogation pour descendre jusqu'à 200 pieds, comme c'était le cas auparavant. Il semble que la tour sera repeinturée afin de la rendre plus visible.

Loyer plus élevé

L'autre principal élément de la réflexion touche le loyer chargé à Pascan Aviation par Promotion Saguenay. Il semble que le prix demandé serait beaucoup plus élevé qu'à Saint-Honoré.

« En payant moins cher, ça va se répercuter sur le prix des billets et nos passagers vont pouvoir en profiter », note Serge Charron.

Celui-ci ne s'inquiète pas de perdre de la clientèle en redirigeant éventuellement ses opérations vers Saint-Honoré.

« Ce n'est pas nécessairement plus loin de se rendre à Saint-Honoré à partir du centre-ville de Chicoutimi. De plus notre clientèle vient d'un peu partout au Saguenay-Lac-Saint-Jean », mentionne Serge Charron, originaire de Saint-Honoré.

Sa décision n'est donc pas encore prise, mais le dossier est sérieusement à l'étude. Le propriétaire de Pascan Aviation ne s'est pas fixé d'échéancier pour prendre position.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer