Exclusif

Exploitation minière à Chibougamau

Métaux BlackRock ajoute une usine de 225 M$

Métaux BlackRock a bonifié son projet d'une usine... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Métaux BlackRock a bonifié son projet d'une usine de transformation des métaux. La municipalité de Chambord pourrait accueillir cette infrastructure de 225 millions $, laquelle procurerait de l'emploi à quelque 150 personnes.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Chicoutimi) Métaux BlackRock bonifie son projet d'exploitation minière à Chibougamau en y intégrant l'implantation d'une usine de deuxième transformation.

Investissement estimé à plus de 225 millions $, l'infrastructure devrait générer quelque 150 emplois. Parmi les endroits privilégiés par la direction de BlackRock, celui de la défunte usine Agropur de Chambord répond à toutes les exigences. Le chef de direction de la minière québécoise, Jean Rainville, ne cache pas son intérêt pour ce site aux avantages indéniables.

« Je ne veux pas créer d'attentes, car il n'y a rien d'arrêté, mais oui, Chambord serait l'endroit idéal pour l'usine. De plus, j'aimerais qu'il y ait des investissements et des retombées à Chibougamau, au Lac-Saint-Jean ainsi qu'à Saguenay », confie-t-il en entrevue.

Le projet global de Métaux BlackRock avance à grands pas. On envisage une annonce officielle quelque part en mars et une première pelletée de terre à la fin de 2015, début 2016.

De la mine située dans le secteur du lac Doré, à Chibougamau, on souhaite extraire trois métaux : du fer, du vanadium et du titane. Cette diversification permettra à la compagnie de mieux composer avec les fluctuations du marché.

Une partie de l'exploitation de fer et de titane sera acheminée jusqu'au port de Grande-Anse, à Saguenay, pour ensuite être transportée par voie maritime vers les marchés extérieurs de l'Asie et du Moyen-Orient.

Selon le nouveau scénario élaboré par la direction, une autre quantité de minerais serait dirigée vers une usine de transformation. Essentiellement, on y produirait du concentré de fer, du vanadium et du ferrovanadium. Ces métaux à valeur ajoutée seront strictement destinés au marché nord-américain.

Par le biais d'une phase subséquente, Métaux BlackRock entend également produire du concentré de titane pur à 86 %.

C'est dans cet esprit que le choix de Chambord ne peut être écarté. Un point de jonction ferroviaire vers Montréal y est aménagé et permettrait à l'entreprise d'exporter directement ses produits transformés jusqu'aux grands centres.

En tenant compte du concentrateur de fer et d'ilménite (titane) de Chicougamau, de l'usine de seconde transformation, des infrastructures ferroviaires nécessaires pour se connecter aux réseaux existants et des installations projetées à Grande-Anse, le projet de Métaux BlackRock devrait osciller entre 800 et 900 millions $.

Avec ses réserves de 400 millions de tonnes, la mine du lac Doré a une durée de vie estimée de quatre décennies. M. Rainville explique cependant que le potentiel réel de la mine est de plus d'un demi-siècle puisque le gisement n'a pas été exploré dans sa totalité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer