Bris mécanique au mont Lac-Vert

Plus de deux heures dans le télésiège

Un bris à la remontée mécanique numéro 1... ((Photo Gimmy Desbiens))

Agrandir

Un bris à la remontée mécanique numéro 1 du Mont Lac-Vert a forcé le « sauvetage » de quelque 150 personnes, hier après-midi.

(Photo Gimmy Desbiens)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Un bris à la remontée mécanique numéro 1 du Mont Lac-Vert a forcé le «sauvetage» de quelque 150 personnes, hier après-midi.

«Le moteur auxiliaire aurait dû embarquer après le bris, mais il ne l'a pas fait, explique le directeur général de la station de ski, Guy Larouche. Comme cette option ne fonctionnait pas, on a rapidement décidé de procéder à l'évacuation des skieurs qui étaient dans la remontée.»

Le bris est survenu à 14 h 35. Les derniers «prisonniers de la remontée» ont pu retrouver le sol à 16 h 50, soit un peu plus de deux heures plus tard. «Nos patrouilleurs sont formés pour procéder à de telles manoeuvres. Nous n'avons pas appelé les pompiers ou les policiers, parce que ce sont nos patrouilleurs qui savent comment réagir dans ces situations. Personne n'a été blessé», souligne Guy Larouche. Les moniteurs ainsi que des skieurs expérimentés ont aussi participé au «sauvetage», à l'aide de câbles de sécurité.

Selon les informations fournies par M. Larouche, l'achalandage d'hier était le plus important des dernières années.

«Il faisait très beau, donc cela a donné une chance aux gens qui étaient pris dans la remontée. Les gens étaient bien habillés, et ceux qui avaient froid, nous allions leur porter des couvertures. Je pense que les gens ont été somme toute satisfaits de notre gestion.»

Un deuxième remonte-pente était toujours en fonction, de sorte que plusieurs skieurs ont pu continuer de profiter de la montagne.

Hier, en entrevue téléphonique quelques minutes après la fin de l'évacuation des skieurs, Guy Larouche a mentionné ne pas savoir pour quelles raisons la remontée mécanique s'est arrêtée. «Nous allons faire un "débriefing" et réparer ça le plus rapidement possible.»

Le directeur général de la station d'Hébertville n'avait pas non plus eu le temps de plancher sur un possible remboursement pour les skieurs qui sont restés dans la remontée une partie de l'après-midi.

«Nous allons penser à cela dans les prochaines heures. Présentement, tout ce qui était important, c'était que personne ne soit blessé.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer