Financement de zone talbot

Une taxe spéciale permet de garnir les coffres

La Ville et Promotion Saguenay ont bonifié le... ((Photo Jeannot Lévesque))

Agrandir

La Ville et Promotion Saguenay ont bonifié le financement accordé à Zone Talbot en 2015.

(Photo Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

(Chicoutimi) Afin de garnir les coffres de l'organisme Zone Talbot, Saguenay prélève un montant additionnel de 225$ sur le compte de taxes des propriétaires d'immeubles non résidentiels situés sur la plus importante artère commerciale de la ville. Cette mesure, qui découle d'un protocole d'entente entre le regroupement de gens d'affaires et l'administration municipale, ne fait pas l'unanimité.

Le règlement VS-R-2014-134 a été adopté au conseil de ville le 16 décembre dernier pour officialiser le tout. Selon la résolution, disponible sur le site Internet de la Ville, le règlement a pour but «d'assurer la promotion commerciale et le développement économique du secteur, d'encourager les actions visant à améliorer son environnement physique et d'élaborer différentes études».

La tarification Zone Talbot pour les bâtiments commerciaux était de 200$ l'an dernier, mais a été majorée de 25$ le 1er janvier. Un montant annuel de 100$ est également perçu pour chaque terrain vague se trouvant dans ce secteur compris entre la rue Jacques-Cartier et le chemin Saint-Paul.

Taxe déguisée?

Certains contribuables se demandent où va véritablement leur argent. D'autant plus que la Ville et Promotion Saguenay financent déjà les activités de l'organisme. Saguenay a d'ailleurs bonifié l'aide financière accordée à Zone Talbot cette année, faisant passer sa contribution de 20 000$ à 50 000$. Promotion Saguenay a également délié les cordons de sa bourse. L'an dernier, la branche de développement économique de la Ville a versé 25 000$ pour la réalisation d'une étude de positionnement par la firme montréalaise Demarcom, spécialisée en recherche marketing et en armature commerciale urbaine. Promotion Saguenay a aussi financé le cocktail du Nouvel An de Zone Talbot, au coût de 8000$, et accordera 47 500$ au regroupement de gens d'affaires en 2015 pour des activités spécifiques.

Nous avons discuté avec des propriétaires d'immeubles. Si certains voient le protocole d'entente visant à assurer le financement de Zone Talbot d'un bon oeil, plusieurs croient que la tarification n'est pas justifiée. Ceux-ci refusent toutefois d'être nommés, pour ne pas s'opposer publiquement aux façons de faire de la Ville.

«C'est compliqué de savoir où va l'argent et comment fonctionne l'organisme. On n'a pas accès au contenu des études. Ce n'est pas compliqué, Zone Talbot, c'est la Ville et Promotion Saguenay», a signifié l'un de nos interlocuteurs. Même son de cloche chez un homme d'affaires qui détient plusieurs titres commerciaux sur Talbot.

«Cet organisme-là est le symbole du monopole du maire. Il veut ramasser ça, avec Promotion Saguenay.»

Le dirigeant d'une entreprise de services et propriétaire d'immeubles avec qui nous avons échangé s'est soustrait à la tarification Talbot.

«Je suis au centre-ville. Je paie déjà une taxe de 200$ à l'Association des centres-ville de Chicoutimi et ça périclite depuis des années. Talbot va se développer quand même, avec ou sans Zone Talbot», a-t-il opiné.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer