Cinq ans après le séisme qui a touché Haïti

Le pèlerinage de la famille Perron

Jacynthe Perron, la soeur de Camil Perron, ainsi... ((Courtoisie))

Agrandir

Jacynthe Perron, la soeur de Camil Perron, ainsi que Suzanne Perron, sa conjointe, et ses deux enfants, Yvon-David et Valérie, se sont rendus à Titanyen, site où ont été enterrés des milliers de corps dont celui de Camil Perron.

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Cinq années se sont écoulées depuis le terrible séisme qui a fait 300 000 victimes en Haïti. Cinq années depuis le décès tragique du Félicinois Camil Perron. Il y a quelques jours, 16 proches du disparu se sont rendus dans la perle des Antilles. Pour lui rendre hommage, mais aussi pour amorcer une nouvelle étape de leur deuil.

Au bout du fil, Suzanne Perron, la femme de Camil Perron, admet d'emblée être envahie par l'émotion, quelques heures après son retour d'Haïti. Le voyage qu'elle vient de vivre était des plus particuliers. Il lui a permis, ainsi qu'à ses proches, d'honorer la mémoire de Camil, mais également de renouer avec les beautés du pays, qui lui a aussi donné un fils, Yvon-David.

Six mois après le séisme de 2010 qui a emporté son mari, Suzanne Perron est retournée sur place. À l'époque, elle s'est promis d'y retourner un jour, avec ses enfants. Cinq ans après les événements, les astres se sont alignés pour que le projet se concrétise.

«Les enfants étaient prêts. C'est comme si tout faisait en sorte que ça fonctionne.»

Une fois la date du départ fixée, elle a lancé une invitation à ses proches. «J'ai lancé l'idée. Je n'ai sollicité personne. Jamais je n'aurais pensé qu'autant de personnes se joindraient à nous», s'étonne-t-elle encore. «C'est exceptionnel. C'est un beau cadeau.»

Du nombre, Yvon-David et Valérie, les deux enfants du couple, ainsi que des membres de la famille de Camil, de la famille de Suzanne Perron et des amis.

Ainsi, le 7 janvier, c'est un groupe de 16 personnes qui s'est envolé pour Haïti.

«C'était important qu'on y soit le 12 janvier», confirme Suzanne Perron qui, quelques mois avant son départ, avait contacté le directeur de l'hôtel où elle logeait avec son mari en 2010. Il a accepté de guider le groupe la journée du 12 janvier.

Cette journée-là, le groupe s'est rendu à Titanyen, au nord de Port-au-Prince. C'est là que des milliers de corps ont été ensevelis, dont celui de Camil.

Suzanne Perron avait fait fabriquer une croix à son arrivée en Haïti. Elle voulait la planter sur le site.

Une fois sur place, le groupe a dû patienter une heure et demie avant de pouvoir accéder au site en toute sécurité. La présence du président Martelly a créé tout un rassemblement. Ils ont dû attendre qu'il se dissipe.

Enfin, le groupe a pu improviser une cérémonie sur place.

«Nous étions face à la mer. Moi, les enfants et Jacynthe, la soeur de Camil, on a prononcé de petits mots. Maintenant, il a son endroit à lui. C'était tellement beau. C'était fort, magique, magnifique. À la hauteur de ce qui lui était dû. Les choses simples peuvent parfois être merveilleuses.»

Le groupe est aussi retourné sur le site de l'hôtel qui a été reconstruit depuis. «C'était comme une sorte de pèlerinage», raconte-t-elle.

Le voyage a apporté beaucoup à Suzanne Perron, elle qui aurait voulu faire plus pour rapatrier le corps de son mari en 2010.

«Ce voyage m'a permis de découvrir une force en moi. Rien ne m'aurait empêché de faire ce que j'avais à faire. J'ai été capable de guider le groupe dans ce voyage. J'ai foncé avec sérénité, sans peur. J'ai eu le privilège de vivre ça. Aujourd'hui, je suis capable de penser à Camil en souriant. Je vais pouvoir continuer à avancer.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer