François recevra le rein de sa voisine

Le cadeau de la vie

Jinny Côté, 35 ans, pose un geste d'une... ((Photo Gimmy Desbiens))

Agrandir

Jinny Côté, 35 ans, pose un geste d'une infinie générosité en faisant don d'un de ses reins pour son ami et voisin François Murray.

(Photo Gimmy Desbiens)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

(SAINT-BRUNO) Il y a de ces histoires d'amitié qui viennent vous serrer les tripes sans crier gare. Comme celle de François Murray, 42 ans, qui recevra un nouveau rein demain, grâce à la générosité de sa voisine Jinny Côté. Qui a dit que le don d'organes et le don de soi se limitaient aux membres d'une même famille?

François et Jinny sont de bons amis depuis une dizaine d'années. Les voisins et leurs conjoints passent pratiquement tous leurs temps libres ensemble et les enfants des deux couples sont les meilleurs copains du monde. Au cours des prochains jours, ce lien d'amitié sera non seulement renforcé, il deviendra carrément indélébile, alors que François et Jinny franchiront l'ultime étape d'une année riche en rebondissements et en émotions.

François, qui travaille comme électromécanicien et pompier volontaire, s'est mis à éprouver des problèmes de santé il y a quelques années. Aux prises avec une fatigue chronique, il a reçu un diagnostic auquel il s'attendait un peu.

«Mon père a fait de l'hémodialyse. Les maladies rénales sont héréditaires et j'ai commencé à avoir une perte d'efficacité des reins», met en contexte le papa de Laurie, 12 ans, et de Rosalie, 9 ans. En 2013, François Murray a subi une intervention visant à lui installer un cathéter afin qu'il puisse pratiquer la dialyse péritonéale à domicile. Si les traitements quotidiens lui ont permis de mener une vie relativement normale et d'éviter de nombreuses visites à l'hôpital, le Brunois demeurait tout de même sur la liste d'attente pour une greffe. Pendant deux ans, le téléavertisseur de Transplant Québec a rarement quitté sa ceinture. À l'instar de quelque 700 Québécois dans une situation semblable, François nourrissait l'espoir d'entendre le signal sonore annonciateur de l'arrivée d'un organe compatible. Il attendait patiemment son tour.

«Un rein, ça ne se demande pas»

François n'a jamais songé à recourir à un membre de sa famille pour réclamer le cadeau de la vie. Parce qu'après tout, dit-il, «un rein, ça ne se demande pas». Sa conjointe Karine a, de son propre gré, entrepris les démarches pour devenir donneuse. Au terme d'une série de tests auxquels Karine a dû se soumettre, le couple était tout près de la coupe aux lèvres. Toutefois, une incompatibilité détectée à la onzième heure est venue brouiller les cartes. La greffe était devenue impossible et la famille a encaissé le coup à quelques jours de Noël, en 2013.

C'est à ce moment qu'une idée s'est mise à germer dans l'esprit de Jinny Côté, grande amie et comparse de "spinning" de Karine.

«Elle me racontait tout. Je vivais les mêmes émotions qu'elle. Je me suis dit: ''est-ce que je serais prête à faire ça? ''", raconte la jeune femme de 35 ans et mère de quatre enfants âgés entre dix et quatre ans. La réponse à ce questionnement lui est parvenue rapidement et naturellement. Au nom de l'amitié, Jinny était prête à poser le geste le plus généreux qui soit.

C'est ainsi qu'à l'insu de François et de Karine, mais avec la bénédiction et le soutien de son conjoint Sébastien, l'employée de la SAQ a entrepris les démarches préliminaires pour devenir donneuse. Après avoir obtenu l'aval des médecins, elle a pu faire part de ses intentions à ses voisins. Le tout s'est fait lors d'un souper entre amis, un rituel presque hebdomadaire auquel prennent part les deux familles avec beaucoup de plaisir.

«Elle nous a annoncé ça vers 1h du matin. Je n'en revenais pas. Au début, je ne comprenais pas le geste. C'était très émouvant. Tout le monde pleurait», raconte François, les yeux laqués d'une émotion sise à mi-chemin entre la joie, l'espoir et la gratitude.

Plus d'une année s'est écoulée depuis la livraison de cette nouvelle inespérée. Au cours des 12 derniers mois, Jinny a dû se soumettre à une pléiade d'examens médicaux à l'Hôtel-Dieu de Québec. C'est entre les murs de cet établissement qu'elle subira l'ablation d'un rein, demain matin. Si tout va comme prévu, François devrait recevoir l'organe de sa voisine quelques heures plus tard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer