Initiative d'étudiants français

Une minute de silence à l'UQAC

Quelque 70 étudiants de l'UQAC se sont rassemblés... ((Photo Michel Tremblay))

Agrandir

Quelque 70 étudiants de l'UQAC se sont rassemblés au centre social du pavillon principal pour tenir une minute de silence en mémoire des victimes de l'attentat du Charlie Hebdo.

(Photo Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Chicoutimi) Quelque 70 étudiants de l'Université du Québec à Chicoutimi ont tenu une minute de silence, hier après-midi, en mémoire des 12 victimes de l'attentat du Charlie Hebdo.

Peu après 15 h 45, heure de fin de cours, les étudiants se sont rassemblés au centre social du pavillon principal. Des étudiants de toutes nationalités et religions étaient sur place. Un étudiant, Thibaut Bourguignon, a pris brièvement la parole pour honorer la mémoire des victimes avant la tenue de la minute de silence.

Par la suite, plusieurs étudiants se sont donné des accolades pour exprimer leur soutien et leur solidarité. « C'est un peu comme notre 11-septembre, à nous les Français. Nous sommes touchés dans notre coeur et dans notre chair », a souligné Thibaut Bourguignon, qui s'est dit très touché par la perte de 12 de ses concitoyens, lors d'un court entretien avec Le Quotidien.

L'événement a été initié par un groupe d'étudiants français. Un événement Facebook a été créé puis diffusé dans les réseaux sociaux, plus particulièrement sur un groupe qui rassemble les étudiants français de l'UQAC.

« Il y a plusieurs étudiants français à l'UQAC, souligne Magali Perrin qui a créé, l'an dernier, le groupe qui compte maintenant quelque 600 membres. Nous voulons monter que nous avons de la peine pour les proches des victimes et que nous ne les oublions pas. »

« Je m'inquiète pour les conséquences après », pointe pour sa part Maxence Martin, un étudiant français qui fréquente l'UQAC depuis quelques mois.

Les personnes présentes voulaient exprimer leur solidarité à leurs collègues français tout en dénonçant l'horreur de l'attentat.

« C'est très important pour moi, car je suis musulmane et je veux montrer que je suis solidaire avec les Français, indique une étudiante au doctorat en biologie qui tient à ce que cet événement n'engendre pas une peur des musulmans. Ce qui s'est passé a été commis par des criminels », indique-t-elle.

« C'est important pour moi d'être ici, pour souligner l'importance des médias et de la liberté d'expression, souligne de son côté Lorena Balducci, une étudiante italienne. Même si je suis ici depuis quatre ans, ce qui se passe en Europe me touche. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer