L'usine Panneaux Chambord

Le maire espère le redémarrage

Gérard Savard espère que de la fumée sortira... ((Archives))

Agrandir

Gérard Savard espère que de la fumée sortira des installations de Panneaux Chambord en 2015.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

(SAINT-FÉLICIEN) Le maire de Chambord, Gérard Savard, espère que l'interminable attente pour le redémarrage de l'usine Panneaux Chambord de Louisiana Pacific va se régler dans les prochains mois.

« Je pense que l'ultimatum lancé par le premier ministre Philippe Couillard et le ministre des Forêts Laurent Lessard est assez clair. Louisiana Pacific doit faire part de ses intentions pour l'avenir de l'usine sinon la compagnie va perdre son volume de bois », a déclaré le maire.

Depuis sa fermeture en 2008, la compagnie a étiré l'élastique et a réussi à garder son contrat d'approvisionnement et d'aménagement forestier de 600 000 m3 de bois.

Le bureau du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs confirme que Louisiana Pacific doit bouger vite. « Monsieur Lessard a été très clair, il leur a dit de passer en quatrième vitesse et de soumettre un plan le premier trimestre de 2015. Ils travaillent actuellement sur une étude de faisabilité concernant l'usine », a indiqué l'attaché de presse de Laurent Lessard, Pierre-Olivier Lussier. La compagnie travaillerait à un scénario de relance des opérations pour la fabrication de panneaux OSB ainsi que sur la fabrication d'un autre produit.

La direction de Louisiana Pacific répète qu'elle redémarrera son usine quand les mises en chantier dépasseront les 1,2 million aux États-Unis. « Je pense que nous avons été assez patients. La compagnie pourrait aussi se tourner vers d'autres produits et modifier son usine de Chambord. Par contre, elle a fermé son département de recherche en même temps que l'usine. Ce qui semble démontrer qu'elle ne veut pas vraiment diversifier sa production », mentionne Gérard Savard.

La MRC Domanie-du-Roy fait pression sur le gouvernement pour mettre la compagnie au pied du mur. De nombreux projets sont paralysés à cause de cette impossibilité de couper le bois alloué à Louisiana Pacific. Le bois qui n'est pas utilisé pourrait servir à relancer la filière feuillue du secteur.

Une scierie de trembles pourrait voir le jour à La Doré. Également, les usines de fabrication de panneaux de Lac-Bouchette et Saint-François-de-Sales pourraient redémarrer si elles avaient accès à du bois. Finalement, les résidus pourraient être acheminés à l'usine de cogénération de Saint-Félicien.

En ce sens, la municipalité de La Doré a adopté une résolution cet automne demandant au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs de retirer à Louisiana Pacific son approvisionnement forestier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer