Projet à Grande-Anse

Des contraintes majeures à l'horizon

Les promoteurs du projet GNL Québec Inc. de la société Ruby River Capital,... (Archives)

Agrandir

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHICOUTIMI) Les promoteurs du projet GNL Québec Inc. de la société Ruby River Capital, portant le nom d'Énergie Saguenay, lesquels projettent investir 7 milliards$ sur le site de Grande-Anse pour la construction d'un complexe de liquéfaction du gaz naturel ainsi qu'un terminal d'exportation, devront composer avec des contraintes majeures dont la principale est l'approvisionnement en gaz naturel à partir des grands gisements situés dans l'Ouest du pays.

L'économiste et spécialiste des questions énergétiques et professeur à l'université d'Ottawa, Jean-Thomas Bernard, va droit au but quand il indique que le grand avantage d'un secteur comme le Saguenay pour la construction d'une telle usine est sa très faible concentration de population. Il existe également un intérêt économique pour les exportations à partir de la côte en raison de la différence du prix du gaz en Europe et en Amérique du Nord.

«Il y a en ce moment des projets dans l'Ouest canadien pour exporter le gaz vers l'Asie où les prix sont plus intéressants. Ces projets rencontrent beaucoup d'opposition même s'ils servent à exporter du gaz provenant de leur région. L'avantage du Saguenay est sa faible densité. Mais il y a d'autres contraintes importantes qui ne se régleront pas rapidement», insiste le spécialiste.

Les facteurs économiques militent en faveur du marché asiatique. En ce moment, le prix du gaz pour l'Asie est de 12 à 16$ le 1000 pieds/cubes. Les prix ont connu une croissance importante en raison des problèmes causés à l'industrie nucléaire japonaise. Les prix sont pratiquement le double de ce qu'ils sont en Europe où le gaz atteint 8$ pour la même unité de mesure. Il se vend en ce moment 3.50$ en Amérique du Nord, alors qu'il atteignait 12$ avant la crise de 2008.

«On a même construit une usine pour faire l'inverse dans les provinces atlantiques et elle est aujourd'hui un éléphant blanc», reprend Jean-Thomas Bernard. Ces chiffres, signale l'économiste, confirment que l'intérêt des exportateurs de gros volumes se tourne logiquement du côté de l'Asie.

Gazoduc

Par ailleurs, le promoteur devra compter sur un nouveau gazoduc de 650 kilomètres pour transporter le gaz naturel de son point d'arrivée en Ontario jusqu'au complexe de Grande-Anse. Dans l'est de l'Amérique, les sources de gaz naturel ne sont pas suffisantes pour soutenir un projet de la taille de celui de Grande-Anse avec 11 millions de tonnes métriques de gaz naturel liquéfié.

«Même si les États-Unis produisent maintenant de bonnes quantités de gaz à partir du schiste, il n'y a pas encore d'infrastructures suffisantes pour le transporter vers le nord. On devrait le voir avec le temps froid, au cours des prochains jours, lorsque la demande augmentera beaucoup. Il y a des gisements en exploitation à l'île de Sable, sur la côte de la Nouvelle-Écosse, mais ils sont en diminution de production.»

À terme, l'économiste estime qu'il serait peut-être plus logique d'inverser le flux du gaz dans le gazoduc qui relie la côte américaine et l'île de Sable, et de construire un site dans cette zone qui compte déjà sur une infrastructure de transport. Il attire l'attention sur la vive opposition soulevée par les projets d'infrastructure pour le transport du pétrole, du gaz ainsi que les sites de liquéfaction projetés en bordure de la mer ou des fleuves qui permettent d'avoir accès aux océans.

Il y a à peine deux mois, le projet de port d'exportation de Cacouna a essuyé un refus catégorique du gouvernement du Québec en raison de la sensibilité de cette zone pour le béluga. Le professeur affirme qu'il faut tenir compte de ces éléments de sensibilité de la population.

Le promoteur a déposé une demande d'exportation de gaz naturel liquéfié auprès de l'Office national de l'énergie. La réponse de l'organisme gouvernemental sera déterminante pour l'avenir de ce projet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer