Les alpinistes en deuil

La communauté d'alpinistes est en deuil. Le président du Club de montagne... (Courtoisie)

Agrandir

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) La communauté d'alpinistes est en deuil. Le président du Club de montagne Saguenay, Dominique Morin, a perdu la vie dans l'une de ses montées, dimanche à Sainte-Rose-du-Nord.

Un peu avant 15 heures, alors qu'il grimpait une paroi glacée, un bloc de glace s'est détaché, ce qui pourrait avoir fait détacher sa corde. L'homme de 31 ans, qui résidait à Chicoutimi, a ensuite fait une chute de plus de 60 mètres qui lui aurait été fatale.

L'alpiniste expérimenté était accompagné d'un ami. Ce dernier a également fait une chute, mais il n'a pas subi de blessures physiques. Selon ce qu'il a été possible d'apprendre, il se serait accroché à un arbre, évitant ainsi une chute.

«L'événement est survenu près du kilomètre 46,5 à Sainte-Rose-du-Nord. La victime a été transportée à l'hôpital de Chicoutimi, où son décès a été constaté à 1 h 39 du matin dans la nuit de dimanche à lundi», confirme Jean Tremblay, porte-parole de la Sûreté du Québec, qui ne pouvait donner davantage d'informations sur les circonstances exactes de l'accident, lesquelles demeurent floues.

Très connu dans le milieu sportif et du plein air, Dominique Morin était natif de Roberval. Il venait de faire un retour aux études à l'UQAC en génie géologique.

Les messages d'amour ont afflué, hier, sur les réseaux sociaux.

«Je vais m'ennuyer de grimper avec toi, de ta bonne humeur et ton amour pour un merveilleux sport qui malheureusement t'a emporté. Tu resteras toujours dans ma mémoire, adieux mon ami», a écrit Enrick Paré, sur la page Facebook du Club de Montagne Saguenay, duquel Dominique Morin était président.

Plusieurs ont également voulu souligner son talent et l'importance qu'il accordait à la sécurité. Une bonne personne et un bon grimpeur, ont décrit les membres du Club de montagne de Saguenay.

«Je n'ai pas connu beaucoup Dominique, mais du peu que j'ai grimpé avec lui, j'ai vu quelqu'un de très dévoué à l'apprentissage des autres, à leur sécurité, et par-dessus tout à sa passion. C'est une grande perte pour la communauté de grimpeurs et bien sûr à son entourage. En effet, toujours un décès de trop», a publié Lydia sur la page Facebook des alpinistes.

«Je ne verrai plus l'escalade de la même façon. Je vais penser à toi toutes les fois que je vais faire mon noeud en 8», a écrit Gabriel Sauriol.

«C'est toute la communauté de grimpeurs qui est en deuil», ont souligné plusieurs amis alpinistes.

TÉMOIGNAGE DE LOUIS ARCAND, SON PÈRE

(Paru sur Facebook)

Tu vas me manquer...

Quand je verrai de hauts rochers aux falaises escarpées

Tu vas me manquer...

Quand je verrai des chiens aux poils scintillants noir et

blanc

Tu vas me manquer...

Quand les cartes que j'aurai seront bien jouées

Tu vas me manquer...

Quand on me présentera une nouvelle bière noire

comme le soir

Tu vas me manquer...

Quand je cueillerai les fruits d'une forêt bien garnie

Tu vas me manquer...

Quand je verrai des cuisiniers passionnés

Mais ce qui va me manquer encore plus, c'est ton

sourire, ta chevelure, ta gentillesse, ton écoute et ta

sagesse

Tu as vécu à ta façon, en toute liberté, et nous t'avons

aimé...

Tu vas tous nous manquer !

Ton ami (ton père)

Louis xxxx

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer