Malaise cardiaque pour un homme de 76 ans

Sauvé par la factrice

Pour remercier Isabelle Côté, le septuagénaire lui a... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

Pour remercier Isabelle Côté, le septuagénaire lui a offert des fleurs et du champagne.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

(Chicoutimi) «Vous m'avez sauvé la vie.» C'est dans ces mots qu'un homme de 76 ans a remercié la factrice Isabelle Côté. Le 23 décembre dernier, alors qu'elle entamait sa tournée matinale au centre-ville de Chicoutimi, un de ses clients s'est effondré sur le sol. L'intervention rapide de la factrice et de sa collègue de Postes Canada pourrait avoir sauvé la vie au septuagénaire.

«Je commençais ma journée lorsque ma collègue (en camion) me crie qu'un de mes clients s'est évanoui. Elle paniquait et ne trouvait pas son cellulaire. Et mon client est tombé près de la porte, ce qui nous empêchait de rentrer. J'ai immédiatement contacté le 911 avec mon cellulaire. J'ai réussi à passer ma main dans la porte et pousser les jambes de l'homme, me permettant de rentrer», raconte Mme Côté.

L'homme reprend finalement ses esprits et demande à la factrice d'annuler l'ambulance, croyant que son malaise n'était que bénin. Isabelle Côté a insisté et il a été transporté à l'hôpital.

«Il me disait qu'il se sentait mal depuis ce matin. Je lui ai donc dit qu'on allait prendre soin de lui à l'hôpital. Avant de quitter, alors que les ambulanciers le prenaient en charge, je lui ai donné un bec sur la joue et je lui ai dit ''vous êtes entre de bonnes mains maintenant, ne vous inquiétez plus''. Il m'a regardé et m'a dit ''une chance que vous étiez là''», décrit la factrice.

La femme de l'homme était absente pour plusieurs heures encore et il n'avait pas de cellulaire. Isabelle Côté a donc pris la peine d'écrire un message pour la rassurer et lui laisser son numéro de téléphone pour en savoir plus.

Quelques jours plus tard, après avoir eu son congé de l'hôpital, l'homme a tenu à remercier la dame avec deux douzaines de roses et une bouteille de champagne. C'est à ce moment que la factrice a réalisé l'importance de son intervention.

«Son malaise, c'était une crise cardiaque. Et lorsqu'il m'a dit que je lui avais sauvé la vie, c'est là que j'ai compris que mon geste n'avait pas été banal. Je n'ai pas dormi ce soir-là tellement j'avais de l'émotion», confie Mme Côté.

Cette dernière n'en est pas à sa première intervention chez des clients de Postes Canada. Cet été, elle a entendu le détecteur de fumée dans une résidence, dont les propriétaires étaient absents. Une bûche était tombée du foyer. «Je voyais la fumée. J'ai appelé les pompiers et ils ont défoncé la porte et limité les dégâts», mentionne la factrice.

Une autre fois, chez une dame âgée, elle a aperçu de la fumée à travers une fenêtre. La résidente s'était endormie pendant qu'elle faisait chauffer de l'huile sur le four. La factrice a réussi à réveiller la dame et les pompiers ont été appelés sur les lieux.

Des événements qui rendent Mme Côté encore plus fière d'être factrice à domicile. Un métier appelé à disparaître avec l'imminente fin du service postal par le porte-à-porte.

«On fait plus que distribuer du courrier. Je connais mes clients, dont plusieurs sont âgées. Et lorsque je suis inquiète de ne pas les voir, je m'assure qu'ils sont bien là. Certains sont d'ailleurs craintifs de voir le service disparaître», constate Isabelle Côté, plaidant en faveur du maintien du service postal à domicile.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer