La région tarde à appuyer Cloutier

Alexandre Cloutier... (PHOTO PASCAL RATTHÉ, ARCHIVES LE SOLEIL)

Agrandir

Alexandre Cloutier

PHOTO PASCAL RATTHÉ, ARCHIVES LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHICOUTIMI) L'entourage du député de Lac-Saint-Jean et candidat à la direction du Parti québécois constate que les factions péquistes de la région tardent à concrétiser des appuis formels à leur candidat alors que d'autres commencent à compter sur des engagements solides de membres de l'aile parlementaire. Ce constat s'ajoute au bruit de fond permanent sur une victoire coulée dans le béton pour Pierre Karl Péladeau.

Dans le cadre d'une tournée des circonscriptions du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Le Quotidien a constaté l'existence d'un certain malaise quand ce n'est pas la neutralité pure et simple comme en a décidé l'exécutif péquiste de Chicoutimi.

«C'est vrai qu'il serait temps que des associations péquistes donnent signe de vie dans les circonstances. Ça tarde à prendre position pour Alexandre Cloutier. Il n'y a pas d'obligation, mais on pourrait espérer compter sur une plus grande solidarité", a déclaré Patrick Fortier, le président de l'association péquiste de Lac-Saint-Jean.

Les souverainistes dans Lac-Saint-Jean comptent sur un membership parmi les plus importants au Québec avec tout près de 2000 cartes valides en ce moment. Selon son président, l'organisation régionale fonctionne très bien tout comme les antennes mises en place dans les autres régions du Québec.

«Notre candidat démontre de très belles aptitudes et plus nous avançons, plus les gens considèrent ses idées. Alexandre Cloutier est la personne qui est en position de remettre en question plusieurs choses», insiste le président.

Il comprend cependant la position délicate du député de Chicoutimi à l'Assemblée nationale qui agit à titre de chef par intérim et qui a déjà déclaré qu'il conservera la neutralité jusqu'à la fin. Le comité exécutif du parti dans Chicoutimi adopte la même position que Stéphane Bédard pour éviter toute interprétation de la part des différentes organisations sur le terrain.

Son président, Loïc Chartier, a toutefois indiqué au Quotidien que cette position ne signifiait pas que les membres se désintéressaient de la course. L'association a rencontré les candidats qui le désirent et entend continuer de la faire. Chaque membre est ainsi libre de faire ses choix, indique le président de l'association. Depuis le début de cette précampagne, les observateurs de la scène politique soulignent que le chef par intérim a de la difficulté à dissimiler ses sympathies pour l'homme d'affaires Pierre Karl Péladeau.

Malgré cette neutralité, le président de Chicoutimi ne serait pas étonné que les résultats des sondages nationaux traduisent la réalité régionale.

Dubuc pour Cloutier

Même si l'association de Dubuc n'a pas adopté de résolution d'appui pour Alexandre Cloutier, les gros noms de la formation souverainiste de cette association n'ont pas hésité à monter dans la caravane du député de Lac-Saint-Jean. Jean-Marie Claveau fait partie de l'organisation d'Alexandre Cloutier et espère bien que les candidats à la direction accepteront l'invitation de l'association de tenir un débat dans Dubuc.

«C'est vrai que M. Péladeau a l'avance, mais il reste encore plusieurs mois à la campagne. La campagne d'Alexandre a surpris beaucoup de monde et on va travailler très fort pour le supporter jusqu'à la fin», assure l'ex-député Claveau.

Même son de cloche chez la militante de longue date Élyse Gauthier, une spécialiste de l'organisation politique de terrain: «Le couronnement n'est pas encore fait. En politique, les choses peuvent changer rapidement. M. Péladeau a quand même un passé qui peut être questionné. Il suffit d'en parler aux syndicats. Je suis une régionaliste et nous jouons cette carte.»

Le président de l'Association péquiste de Jonquière, Daniel Brassard, constate qu'il y a effectivement au Québec un mouvement d'appui à Pierre Karl Péladeau. Les membres du comité exécutif du comté de Sylvain Gaudreault ont toutefois adopté la consigne du choix personnel pour chaque membre et non celui d'une directive adressée pour favorisant l'un des candidats. «Nous ne sommes pas comme les autres partis qui fonctionnent par délégations. Chaque membre du parti pourra voter selon ses propres critères», ajoute le président Brassard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer