Main tendue à Résolu

Le président Unifor de la papetière de Kénogami,... ((Archives))

Agrandir

Le président Unifor de la papetière de Kénogami, Régis Duchesne, craint pour l'avenir de l'usine. Il demande à la région de se mobiliser pour contrer les attaques de Greenpeace.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHICOUTIMI) Produits forestiers Résolu (PFR) a appris avec étonnement que la Forest Stewardship Council (FSC) du Canada entend l'aider à récupérer ses certificats. Jusqu'à maintenant, l'organisme a toujours rappelé l'importance de la séparation des rôles entre le registraire (Rainforest Alliance) et la FSC Canada.

Dans une entrevue accordée au Quotidien, hier, le directeur principal, Affaires publiques et relations gouvernementales chez PFR, Karl Blackburn, s'est dit surpris d'apprendre dans Le Progrès-Dimanche que le président de FSC Canada, François Dufresne, tend la main à Résolu.

«Dans le passé, il nous a toujours rappelé qu'il s'agit d'un processus totalement indépendant et sur lequel on ne peut normalement pas faire quelque influence qui soit», a expliqué M. Blackburn.

Ce dernier se demande si les règles sont les mêmes pour tous et si des groupes activistes comme Greenpeace peuvent eux aussi mettre de la pression sur le registraire.

Rappelons que dans l'article publié hier, François Dufresne s'est dit disposé à faire les interventions nécessaires pour obtenir une période de grâce afin d'éviter la révocation de l'un des certificats, au début janvier.

«Il n'est jamais trop tard et notre souhait est de tout mettre en oeuvre pour que Résolu parvienne à récupérer les certificats FSC. Je pourrais faire les démarches nécessaires auprès de l'organisme de certification Rainforest afin de leur demander de ne pas révoquer le certificat. Pour entreprendre cette démarche, nous devons recevoir un message très clair de Résolu que l'entreprise souhaite vraiment récupérer la certification», avait-il confié au journaliste Louis Tremblay.

PFR entend entrer en communication avec M. Dufresne aujourd'hui, afin d'en savoir davantage sur ses intentions. «Nous allons voir ce qu'il en est dans les prochains jours, dès que nous serons en mesure de parler à M. Dufresne et en savoir davantage sur ce qu'il laisse entendre dans l'article. S'il a identifié certaines pistes de solution, nous serions heureux de les connaître», souligne M. Blackburn.

Greenpeace

Le porte-parole de PFR entend également questionner le président de FSC Canada sur ce qu'il entend faire avec Greenpeace, «eux qui jouent un rôle actif dans le dossier des certifications FSC suspendues».

«Greenpeace s'est déjà fait le porte-voix de la plainte des Cris contre le certificat Lac-Saint-Jean, celui qui relève des Cris et du gouvernement du Québec. Greenpeace se sert de ce certificat ad nauseam. Je pense qu'il serait important de savoir comment M. Dufresne entend intervenir dans ce dossier-là", termine M. Blackburn.

Mcote@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer