Motel industriel aéroportuaire

Le projet menacé par une plainte de l'ERD

Le maire Jean Tremblay.... ((Photo Jeannot Lévesque))

Agrandir

Le maire Jean Tremblay.

(Photo Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

(Chicoutimi) Le maire Jean Tremblay craint de perdre la subvention fédérale de 5 ou 6 millions $ nécessaire à la concrétisation du motel industriel aéronautique de 13 M$ à l'Aéroport de Bagotville, accusant Josée Néron et l'Équipe du Renouveau démocratique (ERD) d'avoir nui au dossier avec le dépôt d'une plainte au ministère des Affaires municipales pour non-respect de la Loi des cités et villes.

Présent lors de la conférence de presse du Centre de transfert technologique en compagnie du ministre Denis Lebel, M. Tremblay a déclaré qu'il n'est pas minuit moins cinq dans ce dossier, mais plutôt minuit puisque la subvention de 5 millions $ est confirmée pour ce projet. «On nous a dit dans une lettre du ministère qu'étant donné qu'il y a une plainte de déposée, la subvention ne pourrait être accordée. Si les travaux ne sont pas complétés pour le 31 mars, c'est non à la subvention. Josée Néron va nous faire perdre notre subvention à cause d'une plainte qu'elle a déposée», a affirmé M. Tremblay.

Selon lui, l'urgence dans ce projet concerne l'obtention de la subvention et non la nécessité absolue de le réaliser puisque Top Aces et Discovery Air, les locataires potentiels du batiment de 32 500 pieds carrés, peuvent attendre un an si nécessaire. M. Tremblay estime que la période est bonne pour obtenir l'aide du gouvernement fédéral qui est en fin d'exercice financier et qui est prêt à vider ses «fonds de tiroirs». «Si ce n'est pas nous qui aurons l'argent, ça va être donné à Terre-Neuve ou en Alberta. Je ne peux pas comprendre que n'importe qui va déposer une plainte et que tout sera bloqué», commente-t-il, mentionnant qu'une rencontre a eu lieu à Québec avec un des directeur de Promotion Saguenay, Claude Bouchard, mais qu'il y a tergiversations.

M. Tremblay a répété que le motel industriel aéroportuaire est un projet fondamental et qu'un blocage coûtera cher au plan économique. Selon lui, il est peu probable que le projet se concrétise.

Présent un moment aux côtés du maire Tremblay, le ministre Denis Lebel a refusé de commenter le dossier en argumentant qu'il ne parlait jamais des dossiers à la place des promoteurs. Lorsqu'il a été question du niveau de subvention qui pourrait être de six plus que cinq millions $, le ministre a aussi refusé d'en dire davantage.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer