Un travailleur perd la vie

Un travailleur de 57 ans est mort après avoir été coincé entre son chariot... (Jeannot Lévesque)

Agrandir

Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(JONQUIÈRE) Un travailleur de 57 ans est mort après avoir été coincé entre son chariot élévateur et une plateforme de chargement en fin d'après-midi, hier, dans l'entrepôt de la quincaillerie Potvin&Bouchard, à Jonquière.

L'accident est survenu vers 16 h 30 au grand entrepôt de l'entreprise situé à l'angle du boulevard Harvey et de la rue de la Faience.

Pour des raisons qui demeurent inconnues pour l'instant, l'opérateur de chariot élévateur s'est retrouvé coincé entre son chariot et la plateforme de chargement d'un camion pendant qu'il travaillait dans la cour à bois.

À l'arrivée des ambulanciers, quelques minutes plus tard, l'homme se trouvait inconscient au sol, après y avoir été déposé par des collègues de travail.

Les ambulanciers ont effectué des manoeuvres de réanimation, sans succès, indique le superviseur aux opérations de la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec, Jerry Simard. Ils n'ont pu que constater le décès du travailleur.

L'homme a subi des blessures au niveau du thorax et présentait des ecchymoses.

Des enquêteurs du Service de l'identité judiciaire de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) et de la CSST ont été appelés sur les lieux. «Il n'y a pas d'aspects criminels, de notre côté, l'enquête va appartenir à la CSST», note le lieutenant de la SPS, André Gagné.

Le coroner Sylvain Truchon s'est aussi rendu sur place. «L'enquête débute et nous avons peu d'informations, indique le coroner Truchon en entrevue. Nous avons une idée de ce qui s'est produit, mais le tout reste à valider avec des éléments de l'enquête et avec quelques témoignages qui doivent encore être recueillis.»

À l'heure à laquelle est survenu l'accident, la noirceur était déjà tombée, mais la cour semblait bien éclairée, précise Me Truchon.

Le corps a été transporté à la morgue du coroner. Mercredi, il sera décidé si la dépouille est envoyée en autopsie en laboratoire à Québec ou à Montréal.

Quelques employés et le directeur général de l'entreprise, Michel Leclerc, se trouvaient toujours sur place en début de soirée. M. Leclerc a refusé de s'adresser au Quotidien.

Mgauthier@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer