Gaudreault ne veut pas être maire

Sylvain Gaudreault... (PHOTO ARCHIVES LE QUOTIDIEN)

Agrandir

Sylvain Gaudreault

PHOTO ARCHIVES LE QUOTIDIEN

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHICOUTIMI) Même si plusieurs citoyens souhaitent le voir faire la lutte à Jean Tremblay, le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, ne se présentera pas à la mairie de Saguenay.

Au cours d'un entretien avec Le Quotidien lundi soir, le député de Jonquière à l'Assemblée nationale a été très clair.

«Il est hors de question que je me présente à la mairie de Saguenay. Je suis député de Jonquière et je veux faire ce travail. J'aime ce travail et je ne suis nullement en mode de campagne électorale pour la mairie», a commenté le député Gaudreault.

«Je suis député de Jonquière, j'adore ce travail et c'est ce que je vais continuer de faire. Je suis élu pour ça. Et à part Gaétan Barrette (voir autre texte), j'adore mon travail», ajoute M. Gaudreault.

Sondage

Au cours des derniers jours, son nom a surgi dans un sondage sur les intentions de vote des citoyens de Saguenay à la mairie. La question proposait les noms du maire actuel, Jean Tremblay, du conseiller municipal à La Baie, Luc Boivin, de la conseillère de l'Équipe du renouveau démocratique, Josée Néron et celui du député de Jonquière.

«Oui j'ai entendu parler de la possibilité que mon nom soit sur une liste de candidats. Mais ça ne m'intéresse pas. Mon objectif est de ramener le Parti québécois au pouvoir et de ravoir un ministère. Je travaille fort pour que ça puisse arriver», soutient-il.

Découpage électoral

Parlant toujours de Saguenay, l'ancien ministre des Affaires municipales a été appelé à commenter la volonté du maire Tremblay de réduire l'équipe de conseillers municipaux de 19 à 12.

«Encore une fois, on voit les contradictions de Jean Tremblay. Il n'y a pas si longtemps, il disait que ça lui en prenait 19. Maintenant qu'il a de l'opposition, que des conseillers commencent à le contester, il veut en réduire le nombre. C'est assez machiavélique.»

«Mais au-delà de ça, ce qui me préoccupe, c'est la représentativité des territoires. C'est ça qui est en jeu. Les moins populeux vont écoper. Et comme par hasard ça va toucher Lac-Kénogami avec Christine Boivin (ERD) et Shipshaw avec Julie Dufour qui n'est pas dans sa gang. Les territoires ruraux risquent d'être fondés dans les territoires urbains», indique Sylvain Gaudreault.

Ce dernier veut donc s'assurer que les citoyens de chaque territoire seront bien représentés à l'intérieur de la ville de Saguenay.

«Et le maire ne pourra avoir 12 conseillers, car la loi prévoit qu'il doit y en avoir entre 14 et 19. À 12, il irait contre la loi. Il faudra voir de quelle manière il va faire le découpage des quartiers», conclut le député de Jonquière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer