Prix de l'essence

Toujours trop cher dans la région

Le CAA croit que le prix normal à... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

Le CAA croit que le prix normal à la pompe en cette période devrait être de 106 cents le litre.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(CHICOUTIMI) Selon le CAA, les automobilistes du Saguenay-Lac-Saint-Jean payent l'essence trop cher depuis quelques semaines alors que la baisse du prix sur les marchés mondiaux n'est pas refilée aux consommateurs. Comme d'habitude, les détaillants mettent plus de temps à baisser les prix qu'à les augmenter.

Selon Anne-Sophie Hamel, porte-parole du CAA pour le Québec, cette situation dure depuis un certain temps. En ce moment, les marges bénéficiaires des détaillants sont de l'ordre de 15 cents le litre dans la région. «Le CAA estime qu'avec des marges bénéficiaires de l'ordre de 7 à 8 cents le litre, les détaillants sont dans une situation confortable. Il n'y a pas de raison qui explique pourquoi ils tardent autant à refiler la baisse de prix.»

Le prix de vente à la pompe est de l'ordre de 115 cents le litre. Le CAA croit que le prix normal en cette période devrait être de 106 cents le litre. Le sommet de la dernière année a été atteint avec un prix de 144 cents le litre. Les détaillants déboursent 96 cents à la rampe de chargement.

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean n'est pas la seule région du Québec qui doit composer avec un prix de l'essence trop élevé par rapport à la situation des marchés mondiaux. Le même constat a été fait en Estrie.

«Quand il y a un mouvement à la baisse des prix du pétrole, c'est toujours plus long pour une baisse du prix à la pompe pour le consommateur. Toutefois, quand les prix augmentent, la hausse se fait sentir beaucoup plus rapidement à la pompe», reprend la porte-parole du CAA.

Certains éléments peuvent expliquer cette lenteur pour une diminution des prix en fonction de la situation mondiale. Le Saguenay-Lac-Saint-Jean compte moins de bannières que la région de Québec. De plus, en raison de leur pouvoir d'achat, il n'y a pas de détaillants dans la région qui tirent profit des volumes plutôt que de la marge bénéficiaire.

Le CAA a constaté qu'il y a dans la région de Québec une réaction plus rapide au marché depuis qu'un détaillant important a commencé à vendre de l'essence. Il s'agit de l'ouverture des pompes à essence chez Costco qui force les autres détaillants à réagir plus rapidement à la fluctuation des prix.

«Cette situation au Saguenay-Lac-Saint-Jean va perdurer tant et aussi longtemps qu'un détaillant ne décidera pas de tirer les prix à la baisse. Il semble qu'ils vivent bien avec cette situation.»

Le CAA n'est pas en mesure de déterminer si la situation mondiale des prix perdurera. En ce moment, la consommation mondiale est ralentie par une économie qui tourne à bas régime alors que les producteurs américains ont le vent dans les voiles. Les pays de l'OPEP maintiennent l'offre.

Ltremblay@lequotidien.com

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer