Le maire blâme l'ERD et Josée Néron

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, réagit vivement à l'annonce de la tenue... (Archives)

Agrandir

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHICOUTIMI) Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, réagit vivement à l'annonce de la tenue d'une enquête par la Commission municipale du Québec (CMQ) au sujet du voyage effectué par le président de l'arrondissement de Jonquière, Bernard Noël, en juillet 2013 sur la Côte d'Azur. Il menace de poursuivre en diffamation l'Équipe du renouveau démocratique (ERD) et la conseillère Josée Néron.

La CMQ a confirmé hier la tenue d'une enquête visant aussi le premier magistrat de Saguenay.

Le conseiller municipal d'Arvida avait fait ce voyage payé par les contribuables à titre de président de la Coupe des nations U23 en compagnie de sa conjointe et de sa fille. Il a remboursé les frais de sa conjointe et de sa fille, soit quelque 4000 $, en février 2013.

Plainte

L'ERD avait déposé une plainte au ministère des Affaires municipales peu après que l'histoire ait éclaté dans les médias, au début du mois de septembre.

Sur son site Internet, la CMQ indique que " si la demande [pour examiner le comportement d'un élu] est complète et qu'elle n'est pas frivole, vexatoire ou manifestement mal fondée, le ministre la transmet à la CMQ pour enquête ".

Lors que l'affaire Noël a fait les manchettes, le maire avait affirmé dans les médias qu'il avait demandé la tenue d'une enquête à la CMQ lorsqu'il avait appris la nouvelle. Il considère qu'il est normal que la CMQ s'intéresse au voyage de Bernard Noël. Mais il ne comprend pas pourquoi il est aussi visé par l'enquête, ce pour quoi il blâme l'ERD.

«Je n'ai rien à voir là-dedans, lance-t-il, à l'occasion d'une entrevue accordée au Quotidien. [...] Je ne suis pas assez cave pour envoyer Bernard Noël avec sa femme et sa fille sur le bras de la Ville. »

Il ajoute qu'une déclaration assermentée, rédigée et signée par le conseille municipal à sa demande dans les jours qui ont suivi la nouvelle le déculpabilise de toute implication dans ce dossier.

Poursuites

M. Tremblay estime que l'ERD s'acharne sur son cas en faisant des " allégations insinueuses " sur son honnêteté. " Ça va finir au palais de justice, contre eux autres, je ne me ferai pas salir de même pendant quatre ans ", menace-t-il. Il soutient que l'ERD n'a " aucune idée " et que " tout ce qu'ils sont capables, c'est de faire des enquêtes ".

Jean Tremblay en a particulièrement contre la conseillère Josée Néron. " Je suis en train d'accumuler tout ce qu'elle dit, et je commence à en avoir assez pour aller devant le tribunal, ajoute celui qui dit vouloir préserver sa réputation. [...] J'en ai mon voyage, une goutte de plus et le vase déborde. »

Il en rajoute en disant que Josée Néron se prend " pour une police " et qu'elle ralentit et " détruit " les dossiers municipaux. Le maire soutient que son rôle de conseillère n'est pas d'enquêter, mais d'aider les citoyens, et " qu'elle n'a jamais aidé les citoyens ".

Le premier magistrat estime que sa façon d'agir " couvre une incompétence ". Son " visage angélique " commence à lui taper sur les nerfs, lance-t-il, ajoutant que le conseil municipal " ne l'endure plus ".

Par ailleurs, Bernard Noël n'a pas retourné l'appel du Quotidien hier soir.

Mgauthier@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer