Québec s'apprête à couper les vivres

Québec pourrait couper les vivres à certains groupes de médecine familiale... (Archives)

Agrandir

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

(ALMA) Québec pourrait couper les vivres à certains groupes de médecine familiale (GMF). Dans une lettre, dont Le Quotidien a obtenu copie, le gouvernement annonce son intention de mettre fin au financement aux organisations médicales qui ne seraient pas conformes.

«Considérant n'avoir pas reçu de réponse satisfaisante de votre part et considérant les délais importants en ce qui concerne le renouvellement de votre accréditation et en vertu du Plan d'action transitoire pour le renouvellement des GMF en vigueur depuis mars 2013, nous vous informons que l'accréditation et le financement de votre GMF seront suspendus à compter du 5 janvier 2015, soit un mois à partir de la réception de cette lettre», peut-on lire dans cette missive envoyée par l'Agence régionale de la santé et des services sociaux à un GMF de la région.

Il a été impossible de connaître le nombre exact de GMF visés dans la région, mais plus d'une organisation serait concernée.

Joint hier, après-midi, le porte-parole de l'Agence, Éric Émond, n'a pas été en mesure de confirmer ces informations ou de donner des détails sur les raisons expliquant la suspension de l'accréditation.

Coupes

Difficile de déterminer les raisons exactes de cette suspension, quoique le gouvernement menace depuis plus d'un an de couper le financement aux GMF qui ne respectent pas leurs engagements. En effet, pour obtenir l'appui financier, qui peut atteindre plusieurs centaines de milliers de dollars par année, les GMF doivent suivre un nombre de patients minimum, offrir des heures d'ouverture les soirs de semaine et offrir des heures de services les samedis et dimanches. La subvention accordée à ces groupes de médecine permet l'embauche de professionnels de la santé, dont des infirmières, au sein même de la clinique.

Or, une vérification effectuée par Le Quotidien a permis de constater que plusieurs GMF de la région ne se conforment toujours pas à ces règles. Sur une douzaine de GMF, au moins quatre n'ouvrent toujours pas les fins de semaine. Certains groupes n'offrent également pas de services les soirs de semaine, comme le prévoit leur contrat.

En ce qui concerne le nombre de patients, le porte-parole de l'Agence n'a pas pu confirmer si les GFM de la région en comptaient suffisamment.

Constat du gouvernement

Les libéraux autant que les péquistes ont manifesté leur intention de sévir à l'endroit des GMF non conformes. À l'hiver 2013, le ministre péquiste Réjean Hébert avait dénoncé la situation, après s'être aperçu que 40% des GMF suivaient moins de patients que la cible et que 43% de ces groupes n'ouvraient pas les fins de semaine. Le ministre péquiste avait alors donné un sursis de plusieurs mois, pour permettre aux GMF de se conformer. Mais M. Hébert avait cependant promis de couper les subventions si ces organisations n'avaient pas changé la situation.

Au printemps dernier, le ministre Gaetan Barette avait également soulevé cette préoccupation.

«Les GMF, c'est un exemple patent. Ça ne doit pas prendre cinq ans pour honorer l'entente qui est signée. Quand le gouvernement investit des sommes d'argent dans un cadre où deux parties s'entendent pour donner un résultat, il me semble que c'est normal que le gouvernement s'organise pour avoir le résultat. On vit dans un monde où on a des attentes. On signe des contrats et on ne s'occupe pas d'avoir des résultats. Ça, c'est terminé", avait-il mentionné dans une entrevue accordée au journal Le Soleil.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer