La fermeture du Théâtre Palace Arvida entraîne des dépenses supplémentaires à Diffusion Saguenay

Des pertes de revenus importantes

Des travaux ont été réalisés en urgence au... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

Des travaux ont été réalisés en urgence au Théâtre Palace Arvida, suivant une première analyse réalisée par la firme Roche.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

(ARVIDA) La fermeture prolongée du Théâtre Palace Arvida engendre des coûts importants à Diffusion Saguenay. Forcée de louer des salles qui ne lui appartiennent pas afin d'honorer ses engagements envers la clientèle et les artistes, la corporation municipale confirme que les dépenses supplémentaires sont non négligeables.

Président du conseil d'administration de Diffusion Saguenay, Pierre Mazurette n'avance aucun chiffre. Il convient toutefois que les pertes de revenus sont substantielles. En l'absence du Palace, Diffusion Saguenay doit dénicher des amphithéâtres qui correspondent aux besoins du type de spectacle présenté et au nombre de billets vendus. Ainsi, certains lieux de diffusion de plus modeste taille, comme la salle Pierrette-Gaudreault et le Café Théâtre Côté-Cour, à Jonquière, sont utilisés en guise de plan B.

Réouverture en 2016?

Pierre Mazurette réfute la thèse voulant que le Palace demeure fermé jusqu'en 2016. Cette possibilité fait l'objet de rumeurs persistantes dans le milieu culturel à Saguenay. Le président assure que le cap est maintenu pour août 2015, en dépit du fait qu'aucune analyse complète de l'édifice n'ait encore été soumise à la direction de Diffusion Saguenay. Rappelons qu'à la fin octobre, la firme Roche a déclaré le bâtiment non sécuritaire, provoquant la fermeture inopinée de la pittoresque salle du boulevard Mellon. Des particules d'amiante auraient été décelées à l'intérieur. Des travaux correctifs visibles de l'extérieur ont également été réalisés et l'inspection de l'immeuble se poursuit depuis ce temps.

«On a donné un mandat sur tout: la structure, la mécanique, la brique, le revêtement. J'ai hâte d'avoir les rapports d'expertises avec toutes les évaluations. C'est un outil nécessaire pour déterminer la suite des choses», explique Pierre Mazurette, qui refuse de s'avancer ni sur les coûts ni sur l'échéancier. Tout indique que la facture sera salée. Diverses instances pourraient donc être sollicitées, dont Saguenay et le gouvernement du Québec, en vertu du statut patrimonial du bâtiment.

«On traversera le pont lorsqu'on arrivera à la rivière», signale Pierre Mazurette, précisant que 16 millions$ ont été dénichés pour la modernisation de l'Auditorium Dufour. Il précise que peu importe l'ampleur des travaux requis, il n'est pas question de démolir l'immeuble.

«Jamais je n'accepterai qu'on perde le Palace. C'est un bâtiment patrimonial, une salle importante dans un arrondissement qui dessert une clientèle et des artistes précis. La formule cabaret a fait ses preuves», fait valoir le président du CA.

Vieux-Théâtre

Par ailleurs, aucune entente n'a encore été conclue entre les propriétaires du Vieux-Théâtre de La Baie et les représentants de Diffusion Saguenay entourant la vente de l'édifice. À ce sujet, Pierre Mazurette se fait discret. Il signale toutefois que l'organisme qu'il dirige est «toujours en attente d'un certain nombre d'informations ou d'analyses».

«À ce stade, disons qu'il y a plus de questions que de réponses», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer