Dupéré connaîtra sa sentence

Denis Dupéré, cet homme de 53 ans reconnu coupable de contacts sexuels sur une... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Patricia Rainville
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) Denis Dupéré, cet homme de 53 ans reconnu coupable de contacts sexuels sur une enfant de 9 ans, connaîtra son sort aujourd'hui.

Le quinquagénaire, qui demeure à Alma, avait plaidé coupable à une accusation de contacts sexuels sur une mineure, il y a quelques mois. Les faits qui lui étaient reprochés remontent à 1996, mais la victime avait décidé de porter plainte bien des années plus tard. Il a finalement été reconnu coupable d'avoir touché les parties intimes de la petite de 9 ans plus d'une fois et d'avoir tenté de l'embrasser sur la bouche. 

Lors de son dernier passage devant le juge, l'avocate de Denis Dupéré, Me Gitane Smith, avait demandé à ce que son client rencontre un psychiatre, afin de déterminer s'il était atteint du syndrome d'Asperger, une forme d'autisme. C'est que l'homme avait des difficultés à exprimer ses sentiments. Finalement, hier matin, Me Smith a affirmé au juge Paul Guimond que le psychiatre n'avait pas été en mesure de démontrer que son client souffrait d'un tel trouble. 

« Ce que je laisse voir, ce n'est pas réel. Ce n'est pas ce que je pense pour vrai. Les gens me trouvent froid, mais je ne fais pas par exprès », a affirmé Denis Dupéré au juge. Si une telle évaluation avait été demandée par la défense, c'est que le rapport présententiel était très négatif à l'égard de l'accusé. On pouvait y apprendre l'absence de remords et de regrets de Dupéré. 

« Je ne faisais pas confiance à la dame [qui a rédigé le rapport]. Je la voyais comme une ennemie, je n'étais pas capable de me confier. Elle s'attendait peut-être à ce que je braille, mais je ne suis pas fait comme ça. Mais aujourd'hui, je peux dire que je regrette et je sais que j'ai brisé la vie de ma victime », a affirmé l'homme, ajoutant qu'il est présentement suivi par un psychologue et qu'il est prêt à continuer une thérapie en prison. 

Hier matin, la procureure de la Couronne, Me Mélanie Paré, a demandé au juge Guimond une peine de prison de huit mois, alors que la défense demande une peine variant entre quatre et six mois.

C'est ce matin que Dupéré connaîtra sa sentence, puisque le juge a préféré prendre la décision en délibéré.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer