MRC Maria-Chapdelaine

Une autre ambulance de nuit réclamée

Ghislain Girard, Dany Lavoie, Michaël Michaud et Marc... ((Photo Louis Potvin))

Agrandir

Ghislain Girard, Dany Lavoie, Michaël Michaud et Marc Gagnon veulent rencontrer le député de Roberval, Philippe Couillard, pour lui expliquer la problématique du transport ambulancier à Dolbeau-Mistassini.

(Photo Louis Potvin)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

(DOLBEAU-MISTASSINI) Les ambulanciers de Dolbeau-Mistassini réclament de rencontrer le député de Roberval, Philippe Couillard, pour les aider dans leurs démarches pour ajouter une ambulance de nuit. Une pétition circule pour réclamer ce service.

« Nous avons rencontré l'attachée de M. Couillard et du ministre de la Santé Gaétan Barrette et nous n'avons pas de suivi. Nous voulons rencontrer notre député en tête en tête pour lui expliquer l'importance d'avoir deux ambulances la nuit », indique Marc Gagnon.

À la différence de la MRC voisine, la MRC Maria-Chapdelaine a moins de service ambulancier malgré une population similaire. Comme il n'y a qu'une ambulance la nuit pour desservir le secteur couvrant Dolbeau-Mistassini, jusqu'à Sainte-Monique et Saint-Ludger-de-Milot, il arrive souvent que le territoire se retrouve à découvert à cause des appels d'urgence ou des transferts vers un autre hôpital. À ce moment, une ambulance de Normandin ou d'Alma se déplace pour se rapprocher de Dolbeau-Mistassini. « Comme on le sait, le temps est très important dans les cas d'urgence. Plus on est loin, plus c'est long. C'est arrivé pour un arrêt cardiaque à l'aréna. Une chance qu'il y avait un défibrillateur, car nous étions en "découverture" et nous sommes arrivés très tard pour intervenir », donne comme exemple Ghislain Girard.

Les élus de la MRC Maria-Chapelaine appuient la demande des ambulanciers. Ils ont expédié une résolution en ce sens à Philippe Couillard.

« On fait cette demande pour la sécurité des gens. C'est d'autant plus important que 52 % de nos appels sont de soir et de nuit alors qu'il n'y a qu'une ambulance », renchérit Dany Lavoie.

Les frais pour ajouter une ambulance sont évalués à 250 000 $, ce qui donnerait du travail à quatre ambulanciers. « L'ambulance est dans le garage et n'est pas utilisée. On sait que nous sommes dans une période d'austérité, mais nous jugeons que c'est une nécessité », avance Marc Gagnon.

Selon les normes évoquées dans un rapport Gauthier, quand il y a plus de 2000 appels par jour dans une zone, le nombre d'ambulances est de deux la nuit. « Un attaché politique de M. Barrette nous a dit que ce rapport n'était pas utilisé et qu'il existait une formule pour décider du nombre d'ambulances. Nous avons fait une demande à la Loi d'accès à l'information et on nous a dit que cette formule n'existe pas », jure Gagnon.

Pétition

Depuis quatre jours, une pétition circule pour réclamer ce service. « Notre objectif est de 5000 signatures. Déjà, on doit approcher les 1000 signatures. Quand on va être prêt, nous allons la remettre à notre député pour qu'il la dépose à l'Assemblée nationale. J'espère qu'il va le faire, car nous sommes persuadés que d'autres députés de la région seraient prêts à le faire », souligne Gagnon en faisant référence à Alexandre Cloutier.

Les ambulanciers rencontrés lancent un appel à Philippe Couillard. « Quand il s'est fait élire, il a répété qu'il serait avant tout le député de Roberval. Il est temps qu'il le démontre et nous rencontre », demande-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer