Bélugas et économie

Dufour sonne l'alarme

Le conseiller stratégique Éric Dufour craint que les préoccupations... (Archives)

Agrandir

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHICOUTIMI) Le conseiller stratégique Éric Dufour craint que les préoccupations environnementales aient un impact sur le développement économique de la région. Il lance un appel à la mobilisation à la communauté d'affaires régionale pour la sauvegarde des emplois et des projets d'exploitation des ressources.

Le conseiller stratégique en entreprises chez Raymond Chabot Grant Thornton souhaite sonner l'alarme auprès des gens d'affaires. Les pressions de Greenpeace sur Produits forestiers Résolu (PFR) et les demandes d'études sur l'impact de l'augmentation du transport maritime sur les bélugas qui circulent dans le Saguenay l'interpellent.

Il s'inquiète particulièrement des impacts potentiels sur la réalisation du projet d'Arianne Phosphate, qui générerait d'importantes retombées économiques dans la région, insiste M. Dufour.

Il soutient se faire le porte-parole d'un grand nombre d'entrepreneurs qui ne peuvent s'exprimer en public, mais qui partagent son point de vue. L'ancien président de la Chambre de commerce de Saguenay croit que les gens d'affaires devraient se fédérer pour exprimer leurs préoccupations sur ces dossiers.

«Où est présentement le leadership d'affaires? , se questionne-t-il. Il faut se lever, se lever pour protéger nos emplois, les emplois existants, les emplois potentiels, nos entreprises qui existent et celles qui s'en viennent. »

M. Dufour ne demande pas l'arrêt ou le report des études d'impacts réclamées sur les bélugas du Saguenay. Il estime qu'un dialogue est possible, et que le développement économique peut cohabiter avec la protection de l'environnement.

«Je suis très sensible [...], mais mon sens des responsabilités civiques me force à me préoccuper de la race humaine. Je vois des pères et des mères de famille qui pleurent parce qu'ils perdent leur job ", ajoute celui qui dit être bien au courant des impacts des difficultés économiques et de la réalité des entrepreneurs, qu'il côtoie quotidiennement dans le cadre de son travail.

L'exploitation des ressources naturelles doit demeurer un secteur important dans la région, martèle-t-il. " On a besoin des projets comme Ariane Phosphate et Niobec. On a besoin de Résolu pour vivre. On a besoin de ces organisations-là. Il faut se soucier évidemment de l'aspect du béluga, et si ç'a un impact sur ce projet-là [Arianne Phosphate] il faut se demander ce qu'on veut dans la vie ", conclut-il.

Mgauthier@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer