Relations entre Roberval et Mashteuiatsh

Urgence d'agir, selon les commerçants

Des commerçants de Roberval se sont présentés devant le conseil municipal pour... (Louis Potvin)

Agrandir

Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

(ROBERVAL) Des commerçants de Roberval se sont présentés devant le conseil municipal pour presser les élus de reprendre les discussions avec Mashteuiatsh afin de tenter de réparer les dégâts causés par les propos du maire Guy Larouche.

«Le climat est malsain et la situation est très précaire. Les commerçants sont très inquiets et demandent que des mesures concrètes soient présentées concernant les actions que la ville va faire pour rétablir le climat. Il y a urgence d'agir ", a mentionné le coprésident de la Chambre de commerce et de l'industrie de Roberval, Denis Taillon. Il s'agissait d'un extrait d'une lettre remise aux élus.

Plus d'une cinquantaine de commerçants se sont entassés dans la salle du conseil pour démontrer que la situation les préoccupait. Malgré la colère des gens d'affaires qui se sentent victimes des dommages causés par le maire Larouche envers Mashteuiatsh, les questions et échanges sont restés polis et courtois. " On ne veut pas devenir des ennemis. C'est d'ailleurs dans un esprit positif et de collaboration et non pas de confrontation que nous vous remettons cette lettre ", a jouté Denis Taillon.

Les gens qui se sont succédé au micro ont bien fait saisir qu'ils condamnaient la situation dans laquelle le maire a mis la population de Roberval. " Votre décision de demeurer en poste est votre privilège. Par contre, dans la situation, je vous demande de vous retirer de toutes les discussions qui vont entourer les différentes questions avec les autochtones pour éviter de vous retrouver la source de conflits permanents ", a demandé l'homme d'affaires Guy Castonguay.

Le conseiller en assurance Serge Taillon a questionné le maire Larouche si des approches avaient été faites avec Mashteuiatsh et quel était le mandat du comité. De plus, il a proposé qu'un membre de la Chambre de commerce y siège. Le maire Larouche, d'une voix moins assurée qu'à l'habitude, a informé que des échanges avaient eu lieu et qu'une lettre officielle avait été expédiée au Conseil de bande. Il n'a pas été en mesure de dire quel serait le rôle exact du comité et qui le composerait. " Je ne peux pas parler pour l'instant, car il y a des choses que je ne peux pas dévoiler. Ça sera fait le 15 décembre ", a-t-il mentionné.

Pour le début, ni lui ni Gilbert Dominique ne vont y siéger. Une situation qu'a déplorée Colette qui juge que le maire Larouche fait un bon travail dans le dossier de l'Approche commune. Plus tard en entrevue individuelle, il a dit qu'il ne souhaitait pas que des commerçants siègent à ce comité.

Par ailleurs, le commerçant Dany Morin a mentionné au maire qu'il avait véhiculé des faussetés sur les intentions de Mashteuiatsh à développer le secteur commercial. Il juge que la venue de commerces serait une bonne chose, car ils dynamiseraient ceux de Roberval.

De son côté, Alain Marcoux a dit qu'il n'a pas été convaincu des excuses faites par Guy Larouche. " Est-ce que vous êtes réellement conscient des dommages que vous avez causés? Qu'est-ce que vous allez faire? Je suis gêné et déçu de ce que vous avez fait ", a-t-il interpellé.

«Si je n'avais pas mesuré les dommages, je ne me serais pas excusé. Vous connaissez mon caractère, ce n'est pas facile de faire ce que j'ai fait. Mashteuiatsh a accepté mes excuses et ils ont accepté le comité de travail. Je pense qu'il faut passer à autre chose. Il y a des gens qui s'en servent pour se faire du capital politique ", a-t-il mentionné.

Une référence aux signataires d'un manifeste qui est publié en page 13.

Lpotvin@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer